Pour aller sur le site de souscription, cliquez ici

  • Eolien
  • A suivre

Féeole

En Bretagne, un collectif d'habitants du Pays de la Roche aux Fées décident de se constituer en association pour développer un parc éolien citoyen. Pour réussir ce projet ambitieux, il est essentiel de rassembler tous les acteurs du territoire : un projet citoyen, c'est l'affaire de tous.

Féeole

Ille-et-Vilaine, Martigné-Ferchaud

  • Martigné-Ferchaud Ille-et-Vilaine
  • 4 éoliennes 23 000 MWh/an

Produit la consommation annuelle de 8000 foyers.

Message du porteur de projet

Annick Lemonnier

Annick Lemonnier

La Bretagne est une zone déficitaire en électricité, et dispose de beaucoup de ressources naturelles. Ces richesses appartiennent à tous : il est logique que les habitants du pays se mobilisent pour les préserver. La transition énergétique est l’affaire de tous, et elle se fera avec les acteurs du territoire, fer de lance du changement. C’est un moyen pour nous de peser sur les choix énergétiques, pour l’avenir des générations futures.

Annick Lemonnier

Le pays de la Roche aux Fées, en Ille-et-Vilaine, est riche de vents réguliers, propices à l’éolien. L’association Energie des Fées s’active depuis 2010 pour faire voir le jour à un projet de parc éolien collectif en accord avec l’intérêt du territoire.

Lorsque les élus de la communauté de commune du pays de la Roche aux Fées (devenu depuis Territoire à Énergie Positive) organisent une réunion en 2010 pour évoquer la possibilité d’installer des éoliennes sur le territoire, ils sont une poignée de citoyens à y voir une formidable occasion de faire un pas vers la nécessaire transition énergétique, tout en participant activement au développement économique local.

Une quinzaine d’habitants montent l’association Energie des Fées pour explorer les possibilités de réaliser un parc éolien citoyen, et sensibiliser les habitants sur l’importance des économies d’énergies.

En poursuivant leurs recherches, ils rencontrent d’autres associations (Eoliennes en Pays de Vilaine) et territoires (Le Mené) : eux aussi ont réalisé un parc collectif et citoyen, initié, mené et financé par les habitants du territoire. À leur contact, ils comprennent que ce genre de projet, dans lequel les territoires et les citoyens tiennent le premier rôle, sera sans doute plus long à mener, mais aura également beaucoup plus de sens, et profitera au final au plus grand nombre : tout le monde va y gagner.

Devant le panneau annonçant le parc

On s’organise !

Début 2012, le projet se concrétise : les 15 membres fondateurs constituent la SAS Féeole, structure économique plus adaptée au projet et qui promeut les principes de l’économie sociale et solidaire. Ils font le choix d’une gouvernance démocratique en adoptant le principe fondamental d’un actionnaire = une voix.

Pour que le projet prenne corps, il faut aussi rencontrer les propriétaires des terres concernées, faire des réunions d’informations, déterminer les éléments techniques du parc… L’association s’organise alors sous forme de commissions (foncier, communication, technique, juridique) constituées de volontaires pour traiter ces sujets. Un bulletin d’information est lancé pour valoriser ces activités, pendant que s’organisent les premières réunions d’information pour mobiliser des investisseurs.

Une idée qui fait son chemin

Sur la zone retenue, le collectif souhaite installer 4 éoliennes de 2MW chacune, qui produiraient l’équivalent de la consommation de plus de 8000 foyers hors chauffage. C’est l’équivalent d’un tiers de la consommation de la communauté de commune de la Roche aux Fées. Mais « rien n’arrête une idée dont le temps est venu » disait Victor Hugo : la transition vers une énergie renouvelable est en cours sur tout le reste du territoire.

Trois autres parcs éoliens sont ainsi en construction, ce qui permettra à terme aux habitants du territoire de s’alimenter en électricité uniquement grâce à la force du vent …

Mains citoyens

Mesurer le vent

Avant de lancer la construction, le projet doit être validé. Entre 2013 et 2015, différentes études sont réalisées par des cabinets d’études agréés.

Pour déposer la demande de permis de construire, il faut d’abord procéder aux études d’impacts (sur la faune, la flore et sur le plan acoustique). Les associés parviennent donc à rassembler 200 000 euros auprès de dizaines de personnes et clubs d’investisseurs pour les mener à bien. Ces études ne révèlent aucune contre-indication et permettent donc de rassurer les différents acteurs sur la bonne intégration du parc à son environnement.

Ensuite, l’étude de vent réalisée sur zone grâce à l’installation d’un mât de mesure permet d’obtenir une bonne estimation de la production d’électricité à partir du type d’éoliennes choisi. Cette production, estimée à 23.000 mWh, est plutôt favorable à la réalisation du projet.

Les résultats des différentes études sont formels : toutes les conditions sont réunies pour que le parc éolien « Energie des Fées » puisse se réaliser sans gêner le confort et la sécurité des riverains et animaux du coin.

Plus d’infos sur le site du projet
Une des équipes Trak O’Watts

Lutter contre le gaspillage énergétique

L’association Energie des Fées ne s’arrête pas à ce projet, et couple cette action de production locale à une mission de sensibilisation aux économies d’énergies.

En 2014, différentes opérations sont ainsi conduites, dont l’initiative « Trak O’Watts » qui propose de mesurer la consommation d’électricité spécifique (éclairage, électroménager, multimédia) d’un foyer. L’idée est simple : promouvoir des gestes économes, simples et non coûteux à mettre en oeuvre et faire constater, via un wattmètre, le résultat des efforts entrepris.

Autre opération visant à limiter la consommation : la balade thermique, qui cherche à identifier les défauts thermiques d’une maison via une caméra thermique. C’est aussi l’occasion d’informer les habitants des nombreuses aides à leur disposition pour réaliser des travaux d’amélioration.

Et vous, quelle est votre contribution à la transition ?

En septembre 2014, lors de l’inauguration du mât de mesure, les participants étaient interrogés sur leur participation à la transition énergétique.

Le site de souscription ?C'est par ici
X

Votre navigateur est obsolète, la mise en page du site risque d'être endommagée

Nous vous conseillons de le mettre à jour !