Pour aller sur le site de souscription, cliquez ici

Retours sur l’AG estivale de la Ferme d’Escoums

Dans les Pyrénées Orientales, à 900m d'altitude, se tenait pour la deuxième année consécutive l'Assemblée Générale des coopératives citoyennes de la Ferme d'Escoums. On revient sur ces deux jours pour vous, en images et en récit.

Une cinquantaine de coopérateurs, dont des élus du village de Nyer, étaient au rendez-vous ce samedi 26 août pour le coup d’envoi de l’Assemblée Générale de la Ferme d’Escoums.

Si vous ne connaissez pas encore ce projet accompagné et financé par Énergie Partagée, vous pouvez commencer par le découvrir ici.

La bio au soleil

Soutenir l’agriculture biologique en équipant des hangars agricoles avec des panneaux solaires : voilà le projet de la coopérative d’Escoums.

En savoir plus

Comme l’année précédente, la rencontre se tenait sur le site où Guillaume Husson élève et nourrit ses vaches tout au long de l’année. Tout l’enjeu du projet était de leur permettre d’avoir un toit et un abri pour l’hiver.

Grâce à la mobilisation (notamment financière) des coopérateurs, et à la collecte citoyenne via Énergie Partagée, les deux bâtiments d’élevage sont maintenant quasiment terminés, et leurs panneaux solaires flambants neufs brillent sous le ciel des Pyrénées.

Les toitures solaires d’Escoums, qui brillent sous le soleil d’août

Le samedi matin, un atelier est consacré à mieux comprendre et commenter les comptes des deux coopératives citoyennes. Bilan comptable, actif / passif… Tout ce « jargon » est expliqué aux participants, pour faciliter leur compréhension.

L’après-midi est ensuite consacrée à l’AG formelle, qui comprend la présentation des fameux comptes de résultats des sociétés, du bilan des actions des coopératives pour l’année écoulée, et d’un tour de table sur les perspectives pour la suite.

En effet, la coopérative Ferme d’Escoums ne compte pas s’arrêter à un seul projet : l’objectif est bien d’essaimer le modèle développé, d’accélérer le développement d’autres projets agricoles et énergétiques, et de soutenir la création et la réinstallation d’élevages biologiques dans la région.

L’éleveur Guillaume sous les toits des nouveaux bâtiments d’élevage

Dans cette optique, l’idée qu’un autre éleveur (de brebis ou de chèvres) s’installe sur la commune, est en train de faire son chemin. Le conseil municipal s’y intéresse de près, et a fait réaliser des études en ce sens. À suivre donc …

Une autre piste est évoquée : des châtaigniers sur le terrain sont aujourd’hui prêts à être coupés et utilisés. Plutôt que d’en faire du bois de chauffage, on peut valoriser ces troncs comme bois d’oeuvre, c’est-à-dire pour réaliser des meubles, du parquet et des bardeaux (tuiles en bois).

Le sciage du bardage (les planches en bois destinées à « former les murs » des bâtiments) va commencer sur place en septembre.

Après ce tour de table des perspectives à venir, la soirée se déroule tout en convivialité et en bonne humeur, et les participants sont logés sur place pour pouvoir aussi profiter du programme du lendemain.

À Escoums, encore de beaux projets en perspective…

Le dimanche, c’est le moment d’ouvrir les portes aux riverains, vacanciers et curieux qui souhaitent découvrir cette installation, unique en son genre dans la région.

Pour commencer la journée, Frédéric, ingénieur dans l’industrie solaire, présente en des termes compréhensibles par tous les processus physiques et chimiques à l’oeuvre dans un panneau photovoltaïque et un onduleur.

Après ces quelques éclaircissements toujours bienvenus, Guillaume Husson explique à son tour comment fonctionne son élevage, et fait le point sur les travaux qui restent encore à faire. Bonne nouvelle : le bâtiment d’élevage devrait être fin prêt pour l’hiver à venir, que les vaches passeront donc au chaud !

Quand au bâtiment de stockage, la fin des travaux est prévue pour 2018.

Lors de cette AG, ce n’est ni la nourriture, ni la gratitude qui manquent…

Enfin, pour terminer en douceur, l’après-midi est consacré à la présentation du rôle de deux partenaires centraux du projet : Enercoop Languedoc-Roussillon et Énergie Partagée.

Enercoop Languedoc-Roussillon a accompagné les coopératives citoyennes porteuses du projet depuis leur création, et est d’autant plus fière que ces installations seront parmi les premières à vendre directement la production photovoltaïque à Enercoop, dans le cadre du dispositif d’obligation d’achat réservé jusque très récemment au géant EDF.

En clair, cela veut dire que des collectifs de citoyens qui souhaitent se réunir pour produire ensemble de l’énergie renouvelable peuvent maintenant la revendre à Enercoop plutôt qu’à EDF, avec des tarifs identiques.

Une partie des coopérateurs réunis devant les gros compteurs électriques qu’ils ont aidé à financer.

Et enfin, Énergie Partagée a répondu présent.e lorsque le projet avait de grosses difficultés à boucler le tour de table bancaire (c’est-à-dire à obtenir un emprunt). En venant investir à hauteur suffisante sous forme de comptes courants d’associés à moyen terme, Énergie Partagée a permit au projet de se poursuivre.

En tant que particulier, vous pouvez vous aussi faire la différence en venant soutenir ce projet et bien d’autres encore, de la meilleure des façons : en souscrivant des actions Énergie Partagée sur notre site de souscription, ou bien en devenant directement coopérateur.ice du projet.

En attendant, l’année s’annonce belle pour la Ferme d’Escoums. Tous les compteurs sont au vert !

Le site de souscription ?C'est par ici
X

Votre navigateur est obsolète, la mise en page du site risque d'être endommagée

Nous vous conseillons de le mettre à jour !