Tener’IF

En 2017, Énergie Partagée est entrée au capital de la société qui exploitait deux centrales solaires à Paris, sur les toits de la Halle Pajol et de la copropriété Quintessence. La société, renommée Tener'IF, a aussi pour vocation de porter de futurs projets citoyens d'EnR en Île-de-France.

Tener’IF

Paris

Tener’IF

Paris
Paris
Paris
3679 m² de toiture
463 MWh/an
Produit la consommation annuelle de 145 foyers.

Au coeur de la transition énergétique francilienne

En juillet 2017, Énergie Partagée a fait l’acquisition de 49 % du capital de la société Solarvip, jusqu’alors filiale de la Semavip (Société d’économie mixte d’aménagement de la Ville de Paris). Et pour marquer l’élargissement du champ d’intervention potentiel de la société à l’ensemble de l’Île de France, début 2018 Solarvip a été rebaptisée Tener’IF.

Énergie Partagée est donc désormais le principal actionnaire des deux installations photovoltaïques emblématiques exploitées par Tener’IF : la centrale solaire de la Halle Pajol et celle de la copropriété Quintessence.

Énergie Partagée a ainsi fait un grand pas en avant pour positionner le mouvement de l’énergie citoyenne au coeur de la dynamique de transition énergétique en Île-de-France, à un moment où commençaient à émerger dans la région plusieurs projets citoyens d’énergie renouvelable.

3500 m2 de panneaux solaires sur le toit de la Halle Pajol

Une immense toiture solaire sur un bâtiment exemplaire

La Halle Pajol est un des points phares du Plan Climat Énergie de la Mairie de Paris, à la fois bâtiment à énergie positive et lieu de mixité sociale. Au coeur du quartier de la Chapelle, dans le 18e arrondissement, une réhabilitation ambitieuse a transformé cet ancien hangar en véritable oasis écologique au cœur de Paris. En 2013, cette centrale solaire de 465,1 kW était la plus grosse installation photovoltaïque en milieu urbain en France !

La Halle Pajol, une véritable oasis écologique

Sortie de terre en septembre 2013, la halle Pajol nouvelle version inclut une auberge de jeunesse de 330 lits, un auditorium-salle de spectacles de 280 places, la grande médiathèque Vaclav Havel, des boutiques et commerces et des bureaux partagés.

La Halle Pajol abrite la bibliothèque Vaclav Havel sous sa toiture solaire

Les nouveaux bâtiments, tout en bois, sont à très haute performance énergétique. La halle produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme, grâce à ses quelque 1938 panneaux photovoltaïques sur 3166 m², implantés sur les toits en « sheds » orientés au sud. Au total, ils produisent en moyenne 374 889 kWh par an, soit l’équivalent de la consommation annuelle d’électricité de 117 foyers (hors chauffage).

En complément, 150 m² de panneaux solaires thermiques couvrent les besoins en eau chaude sanitaire de l’auberge de jeunesse. Un puits canadien et une VMC double flux contribuent également à réguler la température des bâtiments

Vue sur le grand jardin partagé de 9000 m2 sous la Halle Pajol

L’eau et le chauffage sont fournis par le réseau de hauffage urbain auquel la ZAC Pajol est reliée par une sous-station intégrée. Des systèmes performants de récupération des eaux pluviales permettent d’assurer une gestion de l’eau optimale, et l’arrosage d’un jardin public ouvert et couvert de 9000 m². Beaucoup de matériaux issus des démolitions ont été réutilisés sur place (bétons concassés) ou recyclés (aciers issus de la déconstruction de la halle).

Une réhabilitation dans le respect du patrimoine architectural

Construite en 1926, la Halle Pajol, a servi d’ateliers et d’entrepôt à la SNCF jusqu’au début des années 1990.

Vue de la Halle Pajol à l'époque où elle servait encore d'entrepôt et ateliers à la SNCF
Vue de la Halle Pajol à l’époque où elle servait encore d’ateliers et d’entrepôt pour les matériels roulants de la SNCF

Elle a ensuite été investie par des collectifs artistiques et des associations, avant son rachat en décembre 2004 par la Mairie de Paris puis sa réhabilitation entre 2007 et 2013.

Montage des différentes étapes de la réhabilitation de la Halle Pajol de 2007 à 2013

Cette réhabilitation a donné lieu à un processus approfondi de concertation mené à partir de 2002 et pendant plus de 10 ans avec les associations et habitants du quartier. Le choix de conserver la structure métallique de la Halle et d’abriter en-dessous les nouveaux bâtiments est issu de cette concertation.

La copropriété Quintessence, un bâtiment performant

Tener’IF exploite également la centrale solaire de 513 m² implantée sur les toits de la copropriété Quintessence, une résidence de 117 logements sur la ZAC Cardinet-Chalabre, dans le 17e arrondissement à Paris. Les 400 capteurs solaires d’une puissance totale de 95,6 kW produisent en moyenne 87 774 kWh par an, soit la consommation annuelle d’électricité de 28 foyers (hors chauffage).

La propriété Quintessence avec sa toiture photovoltaique exploitée par TenerIF
Vue aérienne de la copropriété Quintessence et sa toiture solaire (bâtiment en anneau au premier plan)

Achevé en 2012, ce bâtiment BBC à conception bioclimatique, a été construit en conformité avec le Plan Climat (50 kWh/m2.an, soit le label Effinergie non pondéré, sans prendre en compte la production de la toiture solaire). Très performant d’un point de vue thermique, tant pour le chauffage que pour le rafraîchissement estival, il réduit les besoins énergétiques en été comme en hiver.

Vue de la copropriété Quintessence depuis le parc voisin
Vue de la copropriété Quintessence depuis le parc voisin – Photo : Sergio Grazia

De Solarvip à Tener’IF

Solarvip avait été créée en janvier 2011 par la Semavip (Société d’économie mixte d’aménagement de la Ville de Paris), en partenariat avec Safidi, la Caisse d’épargne Ile-de-France et le Crédit coopératif. Il s’agissait alors pour la Semavip d’appuyer la mise en œuvre du Plan Climat de la Ville de Paris, dans un contexte de difficultés croissantes pour les promoteurs de trouver des investisseurs dans l’énergie photovoltaïque en conséquence de baisses successives du tarif d’achat de l’électricité solaire par EDF, puis d’un moratoire de décembre 2010 à mars 2011.

En 2016, la Semavip, n’ayant plus la possibilité juridique de porter des filiales, a cherché des partenaires pouvant reprendre ses parts et poursuivre le développement de Solarvip. La Mairie de Paris a choisi d’accorder sa confiance à Énergie Partagée pour prendre le relai.

En 2018, Solarvip a été renommée Tener’IF pour marquer l’évolution de son potentiel d’intervention, qui n’est plus désormais limité à la capitale, mais s’étend à toute l’Île-de-France.

Tener’IF, un point d’ancrage pour l’énergie citoyenne en Île-de-France

Ce rachat a permis à Énergie Partagée de se positionner comme un acteur important de la transition énergétique à Paris, et ainsi de donner du poids à la dynamique de l’énergie citoyenne dans la capitale, une dynamique tout juste émergente au moment du rachat.

Il s’agit également pour Énergie Partagée d’acquérir expérience et compétences dans l’exploitation de ce type d’installations, afin de pouvoir accompagner au mieux d’autres projets citoyens du même genre dans le bassin parisien, notamment dans les copropriétés, pour diffuser le plus largement possible ce modèle et accélérer la transition vers les énergies propres dans la capitale.

En janvier 2018, Energie Partagée a réuni 200 acteurs de l'énergie pour lancer la dynamique en Ile-de-France

En janvier 2018, Énergie Partagée a pu réunir plus de 200 acteurs franciliens de l’énergie à la Halle Pajol, pour une journée d’échanges dédiés à l’émergence d’une dynamique régionale de l’énergie citoyenne. Depuis, la dynamique s’est confirmée, avec la création en 2018 des coopératives EnerCit’IF parrainée par le climatologue Jean Jouzel, Électrons Solaires 93 et Plaine Énergie Citoyenne.

L'horizon est dégagé pour l'énergie citoyenne en Ile de France !

Découvrez d'autres projets

Suivez-nous sur