Accueil Nous connaîtreActualitésUn nouveau réseau de porteurs de projet ...

Un nouveau réseau de porteurs de projet en PACA

Le 6 mars dernier, une trentaine de personnes représentant 15 structures d’EnR citoyennes étaient réunies à Aix-en-Provence. Durant toute la journée, elles ont pu échanger autour de la création d’un réseau régional. Retour sur ce moment de rencontres et d’initiatives.

État des lieux

Aujourd’hui, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur compte 18 porteurs de projet d’EnR citoyennes structurés. Auxquels s’ajoutent 5 structures en cours d’émergence. La région, encore considérée à la traîne ces dernières années, n’est donc pas si mal dotée comparée à des régions similaires (14 porteurs en région Centre et 20 en Ile-de-France par exemple).

En termes de filières, le photovoltaïque (PV) sur toiture domine largement. Les deux modèles de développement citoyen qui portent cette filière (Centrales villageoises et Grappes PV) font ici jeu égal. Ces deux modèles mobilisent des moyens humains équivalents (noyau dur et sociétaires), mais les Grappes PV profitent de ressources financières plus importantes.

Une autre filière commence également à émerger, celle des parcs PV au sol : un projet entièrement citoyen s’élabore à Ventabren (13) avec la SCIC Solaris Civis et devrait sortir de terre d’ici 2020 ; des projets municipaux, élaborés en codéveloppement (c’est-à-dire en partenariat avec un développeur) devraient voir le jour plus tôt : à Moissac-Bellevue (83), avec Urbasolar, et à Saint-Pons, avec SERGIES, Enercoop et Énergie Partagée Investissement. D’autres parcs citoyens sont également projetés à Valbonne (06), Tavernes (83) ou Jausiers (04).

L’hydroélectrique est la seconde filière régionale. Une solide expérience s’est construite dans le briançonnais autour de projets portés par la SEM SEVE. Une nouvelle centrale va prochainement voir le jour à Velaux (13) grâce à la ténacité des bénévoles de Provence Énergie Citoyenne, appuyés par Enercoop PACA.

Les autres filières rencontrent davantage de difficultés que ce soit pour des raisons d’oppositions systématiques (éolien) ou de gisements encore difficiles à mobiliser (méthanisation, bois-énergie).

Globalement, la région compte aujourd’hui 150 bénévoles actifs au sein de sociétés de projet citoyennes qui ont collecté 1,3 million d’euros auprès de 1200 sociétaires. Le mouvement peut donc s’appuyer ici sur un potentiel important de forces vives.

Des porteurs en demande d’échanges et d’actions de plaidoyer

À l’instar du dynamisme des filières PV et hydraulique, les demandes des porteurs ne manquent pas. En particulier, ils manifestent des besoins de connexions et d’échanges au niveau régional, que ce soit pour mettre en commun les connaissances accumulées ou plus simplement pour connaître les autres porteurs de la région, mettre des visages sur des noms, bref, comme dit l’un d’entre eux « faire des réunions de famille, car Énergie Partagée c’est la famille ! ».

Autre attente, celle de pouvoir être rassemblés pour réaliser des actions de plaidoyer auprès d’institutions régionales stratégiques : Enedis en particulier, dont beaucoup souhaiteraient connaître l’organigramme des agents responsables des raccordements, mais aussi auprès de l’ABF et des architectes locaux, des Syndicats départementaux ou des grands groupes commerciaux qui ont potentiellement de grandes surfaces de toitures (bâtiments et parkings).

Enfin, les porteurs sont en demande d’outils de mutualisation régionale, à l’image de répertoires de compétences des entreprises réalisant les études de faisabilité, des installateurs PV, des banques prêteuses ; ou bien par la réalisation d’actions de communication communes, de veille et de diffusion des appels à projet ; ou encore par la mise en place d’un label distinguant les projets d’EnR citoyennes.

De prochaines actions pour le réseau

Un certain nombre d’actions sont d’ores et déjà envisagées pour l’année 2019. Tout d’abord, des outils communs sont mis en place, comme une liste de diffusion régionale, des répertoires de compétences, la création d’une plaquette régionale ou la diffusion régulière d’une newsletter.

Ensuite, dès le premier semestre, une coopérative citoyenne venue d’une autre région viendra partager son expérience dans la mise en œuvre de Grappe PV. Au second semestre, une visite en PACA d’un porteur de projets expérimenté doit être organisée. Bref, ce nouveau réseau ressort chargé de nombreuses missions qui devront répondre aux abondantes attentes des porteurs de projet.

Vincent Baggioni,
Animateur régional en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Plus d'actualités

Suivez-nous sur