Métha-Blois-Nord

Un collectif d'agriculteurs porte un projet de méthanisation pour en faire un levier d'évolution de leurs exploitations. Ils décident de s’associer à la communauté d’agglomération Agglopolys, la commune de Fossé et aux citoyens via Énergie Partagée afin de partager le projet avec le territoire.

Vous aimez ce projet ? Partagez-le !

Métha-Blois-Nord

Loir-et-Cher

Le projet en un clin d'œil

Émergence
Développement
Fonctionnement
L’unité de méthanisation collective recevra majoritairement des couverts (cultures intermédiaires) des exploitations céréalières impliquées et les effluents des quelques éleveurs associés au projet. L’unité produira à la fois : 15 GWh/an de biométhane, injecté sur le réseau GRDF, et 24 000 tonnes/an de digestat. Le digestat remplacera en partie les engrais chimiques utilisés sur les parcelles.
Puissance 165 Nm3/h
Production 14 748 MWh
par an
La consommation de chauffage annuelle de 3 277 personnes
Budget 6 500 000 €
Investissement Énergie Partagée 100 000 €
Fossé
Loir-et-Cher (41)

L'avancée du projet

Émergence
Développement
Fonctionnement

Le type de projet

Message du porteur de projet

Jean-Paul Boiron

Nous avons souhaité créer du lien avec les habitants et leurs représentants (les élus) en les impliquant dans le financement et la gouvernance du projet. En tant qu’agriculteurs, cela nous permet de pouvoir échanger sur nos pratiques et de faire de Métha Blois Nord un véritable projet de territoire.

Jean-Paul BOIRON, agriculteur et porteur de projet

Vous souhaitez soutenir ce projet ?

Soutenez financièrement
ce projet citoyen et bien d'autres
avec Énergie Partagée.

Un projet de territoire porté par les agriculteurs

En 2018, la communauté d’agglomération Agglopolys et la Chambre d’Agriculture lancent une étude de gisement auprès des agriculteurs. L’objectif est de recenser les matières premières qui pourraient être exploitées dans le cadre d’un projet de méthanisation. À la suite de la restitution de cette étude, quatre agriculteurs de la communauté d’agglomération s’intéressent de près au potentiel d’un projet de méthanisation. Ils partagent leur volonté commune lors de l’assemblée générale de l’Association d’Entraide des Agriculteurs de Blois Nord et sont rapidement rejoints par d’autres exploitants.

Une première visite de site est organisée à Chaumont, dans le département de la Haute-Marne. Cette découverte de la filière méthanisation renforce la motivation des agriculteurs. Avec la Chambre d’Agriculture et Agglopolys, ils travaillent à la recherche d’un terrain propice à l’installation d’un méthaniseur.

En 2019, ces agriculteurs, qui représentent alors 14 exploitations agricoles, créent ensemble l’association Métha-Blois-Nord, avec un objectif principal : développer un site de méthanisation qui leur permette de réduire l’utilisation de produits phytosanitaires et d’engrais chimiques dans leurs exploitations. En 2020, ils créent la SAS Métha-Blois-Nord afin de porter le développement du projet.

Visitez le site du projet Métha-Blois-Nord

Premier contact avec Énergie Partagée

En 2020, la SAS Métha-Blois-Nord se rapproche du réseau régional Énergie Partagée Centre-Val de Loire pour ouvrir le projet au territoire. Les agriculteurs souhaitent ainsi développer les échanges avec les riverains et les collectivités impliquées et renforcer la communication autour de leurs métiers. Pour consolider le projet avec des expertises et des financements complémentaires, ils font appel à l’outil Énergie Partagée Investissement.

Le projet est conforme à la Charte méthanisation d’Énergie Partagée, et le mouvement décide d’accompagner les agriculteurs. Énergie Partagée facilite les discussions pour ouvrir le capital du projet aux collectivités : la communauté d’agglomération de Blois Agglopolys et la commune de Fossé sur laquelle sera implanté le site de méthanisation rejoignent le projet.

La méthanisation : du déchet agricole au biogaz

Métha-Blois-Nord est un projet porté avant tout par des exploitations céréalières, qui représentent la majorité des types d’exploitations présentes dans cette partie de la Beauce.

L’alimentation du digesteur, de 24 000 tonnes/an, se fera à 60 % par des résidus végétaux. Afin d’encourager des pratiques plus agro-écologiques, plus de 90 % de ces résidus végétaux seront des couverts, utilisés en tant que cultures intermédiaires à vocation énergétique (CIVE). Ces cultures intermédiaires s’étendront sur 50 hectares, soit moins de 2 % de la surface agricole totale des exploitations. Cela permettra de sécuriser l’approvisionnement et le financement bancaire du projet. Cette surface a vocation à se réduire avec le temps.

Le fonctionnement du procédé de méthanisation © Métha-Blois-Nord

Le plan d’approvisionnement de l’unité de méthanisation prévoit également des intrants issus d’élevages : le lisier de deux éleveurs porcins présents dans le collectif et du fumier provenant d’exploitations bovines. Les effluents d’élevage représenteront ainsi 6 000 tonnes/an de matières. Le site traitera également des déchets de céréales et des résidus comme des radicelles de betteraves déclassées. Les matières agricoles proviendront d’exploitations situées dans un rayon de 20 km maximum.

Des panneaux photovoltaïques seront installés sur le bâtiment servant au stockage du digestat. Ils produiront environ 30 % de l’électricité consommée par le site.

Une demande de permis de construire et un dossier ICPE ont été déposés en juin 2021. Le début des travaux est prévu en février 2022 et la mise en service en mars 2023.

Un levier pour une transition agro-écologique

Le collectif, composé à 50 % de jeunes agriculteurs, souhaite s’investir dans une agriculture plus respectueuse de l’environnement. Le projet de méthanisation a pour objectif de favoriser la transition écologique des exploitations. Installés en zone périurbaine, certains agriculteurs pratiquent déjà de la vente directe sur site ou de l’éco-tourisme. Trois exploitations sont actuellement en conversion totale ou partielle en agriculture biologique.

Le digestat, résidu solide issu de la digestion des matières premières, permettra de fertiliser annuellement 900 hectares de cultures céréalières. Il remplacera les engrais chimiques actuellement utilisés sur les parcelles. Ce fertilisant produit par Métha-Blois-Nord sera utilisable en agriculture biologique. La méthanisation permettra de réduire les odeurs à l’épandage et donc d’améliorer la cohabitation des exploitations agricoles avec les autres activités et les habitants.

« Nous nous engageons à ne jamais vendre le méthaniseur à un industriel, cela restera toujours un projet du territoire »

Les agriculteurs du projet s’engagent dans ce projet à garantir sur la durée des pratiques écologiques et citoyennes. Le projet est encadré par la Charte Méthanisation d’Énergie Partagée et respecte les chartes de l’Association des Agriculteurs Méthaniseurs de France ainsi que les valeurs de France Nature Environnement.

Le projet de méthanisation sera une garantie de revenus réguliers pour les agriculteurs. Il permettra de créer quatre emplois directs et plusieurs indirects : études, maintenance, travaux, transports…

Un lien entre producteurs et citoyens

Le projet est financé à 67 % par les agriculteurs. Agglopolys, la commune de Fossé et Énergie Partagée ont également investi dans le projet pour y porter la voix des collectivités et des citoyens. Le projet sera présidé par un agriculteur.

Pour gagner en réactivité sur les décisions structurantes liées au chantier puis à l’exploitation, un comité stratégique est mis en place. Il permet de prendre les décisions à la majorité qualifiée entre les agriculteurs, les collectivités et les citoyens représentés par Énergie Partagée. Métha-Blois-Nord bénéficie du soutien financier de la région Centre-Val de Loire.

Les porteurs de projet ont communiqué largement sur leur projet à travers un blog, des flyers et des réunions publiques tenues les 4 et 5 juin 2021. Agglopolys, la Chambre d’agriculture, la commune de Fossé, GRDF et Énergie Partagée étaient présents à ces réunions pour expliquer leur soutien au projet.

Une visite de site a été organisée à Châteauroux le 3 juillet à destination des élus et des habitants qui souhaitaient y participer. Elle a permis à l’ensemble des visiteurs de se rendre compte sur place et grandeur nature de la réalité d’un site de méthanisation agricole.

Les agriculteurs ainsi que les collectivités envisagent également la création d’un comité de suivi annuel qui permettra d’ouvrir la communication aux riverains et aux habitants d’Agglopolys.

Une implantation respectueuse du tissu péri-urbain

L’installation du méthanisateur est prévue sur un terrain non agricole de la zone Eurovia, située dans le lieu-dit de Bel Air à Fossé. Le site, près d’un accès direct à une grande voie de circulation, est un emplacement stratégique qui permet de ne pas générer de trafic routier supplémentaire près des habitations.

Les matières traitées dans le méthaniseur seront stockées de manière à ne pas déclencher leur processus de fermentation avant incorporation dans le digesteur. Le site est conçu pour éviter la création d’odeurs. Le lisier sera apporté depuis les exploitations agricoles dans des citernes et transféré via des tuyaux dans le digesteur

Une intégration paysagère est prévue avec la création d’un talus et l’installation d’une haie autour du site.

Photo du site du futur méthaniseur © IGN 2019

Découvrez d'autres projets

Suivez-nous sur