Accueil Nous connaîtreActualitésLe conseil de surveillance, des actionnaires qui ...

Le conseil de surveillance, des actionnaires qui vous représentent

Composé d'actionnaires élus, le conseil de surveillance se réunit plusieurs fois par an pour examiner le fonctionnement d'Énergie Partagée. Ses membres vous font partager leurs éclairages... et, attentifs à la parité, invitent les femmes actionnaires à se porter candidates pour les rejoindre !

Vers des évolutions stratégiques pour élargir notre mouvement

Notre dernier séminaire annuel s’est déroulé à Paris les 4 et 5 octobre 2019 : deux jours consacrés aux énergies renouvelables et aux évolutions du mouvement Énergie Partagée ! C’est un moment privilégié pour échanger avec l’équipe du mouvement et faire le bilan de l’année presque écoulée.

De multiples évolutions stratégiques liées à la nécessité de changer d’échelle se reflètent dans le type de projets accompagnés. Comment s’assurer de leur dimension citoyenne, valeur fondamentale du mouvement Énergie Partagée ? Le Conseil de Surveillance veille à cette dimension, en particulier au sein du Conseil Stratégique du Mouvement, réunissant l’ensemble des membres de la direction. Lors du séminaire, nous avons pris le temps de comprendre les enjeux du changement d’échelle, et nous avons notamment pu discuter du projet O’MEGA1.

Les panneaux solaires en vue aérienne

En tant que Conseil de Surveillance, nous n’avons pas à interférer dans les décisions du comité d’engagement, mais nous pouvons questionner la dimension citoyenne et l’ancrage local d’un tel projet, ainsi que son adéquation à la charte Énergie Partagée. Dans O’MEGA1 – une centrale photovoltaïque flottante de 17 MWc sur 17 ha de plan d’eau artificiel – la dimension citoyenne est garantie par un engagement formel dans le pacte d’associés d’avoir plus de 40% de participation citoyenne directe ou intermédiée à long terme à la gouvernance de la société. Ainsi, la collaboration sur un projet de cette ampleur et le partage d’expertise entre Énergie Partagée Investissements et Akuo apparaît comme un pas vers le changement d’échelle de l’énergie citoyenne.

« Nous pouvons questionner la dimension citoyenne et l’ancrage local d’un tel projet, ainsi que son adéquation à la charte Énergie Partagée. »

Le séminaire fut également l’occasion de discuter de l’un des autres objectifs majeurs d’Énergie Partagée, qui est de réduire les risques financiers en cas de difficultés sur un projet. Nous évoquons les projets à chaque réunion du Conseil de Surveillance, mais le séminaire annuel a permis de reprendre en détail les projets majeurs via la matrice d’évaluation des risques qui est mise à jour régulièrement. Cette revue nous a confirmé la solidité du modèle sur lequel repose Énergie Partagée.

Enfin, dans le cadre de ce changement d’échelle et de la nécessaire augmentation de la visibilité du mouvement, il devient impératif d’avoir plus d’actionnaires. Si la notoriété et la légitimité du mouvement dans l’univers des énergies renouvelables citoyennes sont consolidées, notre fonctionnement demeure complexe et il y a un besoin urgent d’en améliorer la lisibilité dans les supports de communication. Le Conseil de Surveillance a accompagné toutes ces réflexions et se félicite des évolutions à venir dans le plan de communication 2019-2020 !

Le Conseil de surveillance recrute : mesdames, à vos candidatures !

Le Conseil de Surveillance est actuellement composé de neuf personnes, dont seulement trois femmes : ce manque de parité a été relevé par beaucoup d’entre vous à l’occasion de la dernière assemblée générale. De fait, nous recevons bien moins de candidatures féminines que masculines…

« Nous recevons bien moins de candidatures féminines que masculines… Pourtant, il n’y a réellement pas besoin d’être expert·e des énergies renouvelables ou de la gestion d’entreprise pour nous rejoindre !”

De multiples facteurs peuvent expliquer pourquoi les femmes sont plus réticentes à postuler, à commencer par les aspects techniques et financiers apparents liés à ce type de fonction. Plus largement, dans le monde du travail, ces secteurs sont encore très largement occupés par des hommes. Pourtant, le conseil de surveillance aborde des thèmes variés, il n’y a réellement pas besoin d’être expert·e des énergies renouvelables ou de la gestion d’entreprise pour nous rejoindre. Nous comptons parmi nous tous types de profils et c’est cette richesse qui fait notre complémentarité !

Le Conseil de Surveillance d'Energie Partagée a besoin de plus de femmes pour mieux représenter nos actionnaires !

Notre instance se veut représentative des actionnaires du mouvement : si vous êtes actionnaire, vous êtes légitime pour postuler ! C’est une fonction privilégiée pour comprendre les mécanismes de financement des énergies renouvelables, et à titre personnel une occasion exceptionnelle de s’investir bénévolement dans un mouvement citoyen.

Le Conseil de Surveillance se réunit 4 à 5 fois par an à Paris ou à Lyon (les frais de déplacement sont pris en charge par le mouvement), et des points téléphoniques mensuels sont à prévoir. Il vous est possible d’assister à quelques réunions avant de candidater officiellement pour voir concrètement ce que fait le Conseil de Surveillance, rencontrer l’équipe et constater la dynamique de groupe bienveillante qui nous anime. N’hésitez pas, nous nous tenons à votre disposition pour échanger avec vous et vous en dire plus sur notre fonctionnement, via l’adresse conseil-surveillance@energie-partagee.org

Alors mesdames, n’hésitez plus !

Le Conseil de Surveillance, kézako ?

Le conseil de surveillance est l’organe représentatif des actionnaires. Il se réunit plusieurs fois par an pour examiner le fonctionnement de la société, faire des demandes de clarification auprès des gestionnaires, répondre aux questions des actionnaires et émettre des préconisations stratégiques.