Accueil Nous connaîtreActualitésOn vous raconte… l’inauguration du parc solaire ...

On vous raconte… l’inauguration du parc solaire citoyen des Survoltés d’Aubais !

Le 26 mai, les Survoltés, avec partenaires et sociétaires du projet, fêtaient l’inauguration du parc solaire d’Aubais, financé majoritairement par des actionnaires citoyens. Xavier Rabilloud y était pour Énergie Partagée. Récit de cette superbe journée, qui inaugurait ce mois de #JuinCitoyen.

Une ferme solaire pas comme les autres…

Au programme ce samedi 26 mai, l’inauguration du parc solaire citoyen impulsé par le collectif des Survoltés et porté par la SAS Le Watt Citoyen. Il occupe 0,5 ha sur le terrain d’une ancienne décharge, impropre à toute activité agricole et toute construction. Doté de 714 panneaux solaires d’une surface de 1472 m2 et d’une puissance de 250 kWc, il produira chaque année 378 MWh d’électricité renouvelable, soit la consommation électrique (hors chauffage) de 150 foyers.

Au côté des 274 souscripteurs citoyens, en majorité issus d’Aubais et des communes environnantes, Énergie Partagée a co-financé le projet en y investissant 50 000 € en fonds propres.

Arrivé en gare de Nîmes, je tombe très vite sur Claude, Marie-Pierre et Marie-Thérèse. Tous les trois sont actionnaires du parc solaire citoyen d’Aubais. Dans la voiture, ça discute ferme, on se réjouit déjà… Mais la grisaille qui se mue bientôt en averse presque battante nous fait douter : allons-nous contempler, trempés et frissonnants dans nos tenues estivales, des panneaux solaires sous la pluie ? La météo se serait-elle trompée ?

Ça y est, nous voici à Aubais, à l’extrême sud du Gard ; quelques kilomètres plus loin, ce serait déjà l’Hérault. Nous rejoignons la cave viticole d’Aubaï Mema, un lieu où les Survoltés ont leurs habitudes, et que le propriétaire, un viticulteur bio sympathisant, leur met régulièrement à disposition. Les bénévoles s’activent ici et là, affairés à tout installer pour la suite de la journée.

“Il ne va quand même pas pleuvoir aujourd’hui ?!”

On dispose les chaises en cercle, on dresse le barnum pour abriter le traiteur bio local. Malgré l’inévitable stress de l’organisation d’un tel évènement, on sent très vite la gaîté et l’efficacité qui se dégagent… Voilà sans doute deux des ingrédients de la recette des Survoltés pour réussir leur projet !

Une fête du solaire… avec le soleil !

Sans plus attendre, direction le parc solaire, sur le site de l’ancienne décharge d’Aubais, à moins d’un kilomètre de là. À peine le temps d’y arriver, que les nuages s’évanouissent soudainement, comme par enchantement. Un soleil éclatant darde ses rayons vers les panneaux PV, et les lunettes de soleil fleurissent d’un coup ; elles resteront de sortie jusqu’à la tombée du jour !

Antoine Rousseau des Survoltés et Simon Cossus d'Enercoop LR ont le regard qui pétille au moment où Frédéric Guillot de l'Ademe et la mairesse d'Aubais coupent le ruban
Antoine Rousseau des Survoltés et Simon Cossus d’Enercoop Languedoc-Roussillon ont le regard qui pétille, tandis que Frédéric Guillot de l’Ademe et la mairesse d’Aubais coupent le ruban tour à tour. (photo : Agathe Salem)

Sur place, on retrouve les Survolté·e·s et leurs partenaires, à commencer par l’équipe d’Enercoop Languedoc-Roussillon et d’ECLR Occitanie, qui a accompagné le projet de son émergence à son aboutissement, ainsi que le représentant du développeur Luxel basé dans la région, qui a assumé les aspects techniques du projet. Les Survoltés leur tireront leur chapeau à plusieurs reprises au cours de la journée, et c’est amplement justifié !

Le temps de dérouler les kakemonos et de les caler tant bien que mal avec des pierres pour qu’ils arrêtent de tomber sur les panneaux solaires à la moindre rafale, et nous voilà à pied d’oeuvre. Avant de mettre le courant, il faut bien le couper… le ruban !

Antoine Rousseau, président du Watt Citoyen, la société porteuse du projet, prend la parole. Avec émotion et gratitude, il salue l’action concertée de tou·te·s, citoyen·ne·s, actionnaires et partenaires, et une chaleureuse ovation accueille son bref discours. La mairesse d’Aubais rend ensuite hommage à l’action du collectif.

Le président des Survoltés d'Aubais, Antoine Rousseau, prend la parole
Photo : Agathe Salem

Frédéric Guillot, représentant l’ADEME, explique à quel point le projet du Watt Citoyen constitue désormais un véritable exemple à l’échelle de la région et au-delà. Après avoir rappelé notamment le rôle essentiel de la Région Occitanie, qui a soutenu le projet à hauteur de 100 000 €, il appelle les Survoltés à continuer à jouer un rôle d’exemple, et à aider d’autres projets à émerger.

Prise de parole de Frédéric Guillot de l'Ademe
Photo : Énergie Partagée

Ça tombe bien, puisque c’est un axe fort des projets du collectif pour les mois et années à venir : favoriser l’essaimage de leur modèle à l’échelle du territoire. Un essaimage déjà en cours : à quelques kilomètres, juste de l’autre côté de l’Hérault, les Cowattés travaillent à l’implantation d’un parc solaire sur les communes de Vérargues et alentour.

Un peu plus loin, au nord, dans le piémont cévenol, les Lucioles Citoyennes s’activent pour faire briller les énergies citoyennes sur la commune de Durfort. Chloé, qui fait partie du collectif, m’explique que la première Luciole est en fait… un transfuge des Survoltés. Plus que de l’essaimage, les Survoltés pratiquent carrément le bouturage !

Porteuse de sens et d’avenir

Et pour manifester cette volonté de continuer à semer largement les graines de l’énergie citoyenne, les Survoltés proposent à chacun·e de prendre une poignée de graines de fleurs, que tou·te·s ensemble nous jetons aux quatre vents sur le site. Nul doute qu’on les verra fleurir d’ici quelques semaines dans les allées du parc photovoltaïque !

Céline Rousseau des Survoltés d'Aubais et Simon Cossus d'Enercoop LR

De retour à la cave Aubaï Mema, place à un temps de débat à bâtons rompus, au cours d’une table ronde un peu particulière… C’est que les Survoltés, qui ont élu l’actuel président du Watt Citoyen lors d’une « élection sans candidat » inspirée des pratiques de la sociocratie, sont friands d’expérimentations en matière de gouvernance et d’échanges !

À partir d’un thème : “Les citoyens, source d’énergie ?” et d’une question initiale : “Pour vous, c’est quoi, le circuit court de l’énergie ?”, les idées, les interrogations, les analyses et les anecdotes fusent dans un “Cercle samoan”, facilité par Clarisse Dulac d’Enercoop.

Le principe ? Pour éviter une table ronde classique, consensuelle, où la parole serait monopolisée par les seuls intervenants identifiés à l’avance, un cercle de parole accueille les invité·e·s prévu·e·s mais aussi toute personne du public souhaitant prendre part à la discussion… et au moins une chaise doit toujours rester libre : celui ou celle qui s’est déjà exprimé·e plusieurs fois doit laisser sa place à quelqu’un d’autre. Une forme d’échange vivante, où l’on navigue entre les cercles d’écoute et le cercle de parole, au gré du débat.

Photo : Agathe Salem

Mais, me direz-vous, le circuit court de l’énergie, c’est quoi ? Eh bien, est-ce que ça ne serait pas produire localement sa propre électricité avec un projet monté et financé avec d’autres personnes du coin, la revendre à la coopérative régionale Enercoop, et puis chez soi changer de fournisseur d’électricité pour consommer certains des électrons que notre épargne investie a permis d’injecter dans le réseau électrique ? Et puis comme ça, au moins, plus de doute : on sait ce qu’il y a #DerrièreLaPrise !

À Aubais, il n’y a pas que les idées qui prennent de la hauteur… Découvrez donc le parc solaire vu du ciel, grâce aux images tournées avec un drone par Christol Sauvaire, sociétaire du projet !

Place ensuite à la convivialité pure, autour d’un délicieux buffet bio et local à prix libre. Les assoiffés sportifs se délectent de boissons fruitées qu’ils mixent eux-mêmes en pédalant sur un « vélo à smoothies ». Eh oui, l’énergie renouvelable, c’est aussi celle des mollets !

Photo : Énergie Partagée

Raconter notre histoire pour que d’autres nous imitent !

L’après-midi, Antoine Rousseau et Christian Mercier, co-président de l’association Les Survoltés, animent une série de visites du parc solaire, dans le cadre des Journées Portes Ouvertes des énergies renouvelables, qui avaient lieu les 25 et 26 mai partout en France. À chaque fois, les visiteurs écoutent avec attention le récit de l’aventure, et les questions de toutes sortes abondent. Qui sait, peut-être que cet après-midi là ont été semées d’autres graines de futurs projets citoyens d’énergie renouvelable ?

Christian Mercier conte l'origine du projet EnR citoyen d'Aubais
Le soleil illumine le parc solaire citoyen d’Aubais tandis que Christian Mercier explique l’origine du projet. L’ombre des panneaux est la bienvenue ! (Photo : Énergie Partagée)

Antoine Rousseau explique que dans leur démarche écologique, les Survoltés ont choisi des panneaux solaires polycristallins, donc sans terres rares, et assemblés en France. Mais cet engagement va plus loin : “10 % des bénéfices du parc solaire seront reversés à l’association des Survoltés pour mener des actions en faveur de l’environnement.”

Photo : Énergie Partagée

Antoine a le don d’ubiquité : il cause entre les panneaux solaires, mais il cause aussi sur France Inter, dans l’émission “CO2 mon amour” de Denis Cheissoux, qui diffuse le jour même un entretien de plusieurs minutes, autour du projet des Survoltés.

Le hasard faisant bien les choses, je fais la connaissance de Robin, actionnaire du projet, indirectement au travers d’Énergie Partagée, et directement auprès de la SAS Le Watt Citoyen. Incroyable : tout gamin, Robin passait ses dimanches dans la maison de ses grands-parents… juste à côté de la décharge d’Aubais et de ses fumées (sans doute chargées de dioxines, me glisse Robin). Ni une ni deux, j’attrape la caméra numérique mise à tout hasard dans mon sac, et c’est parti pour une interview impromptue !

Construire ensemble et s’amuser ensemble

Vers 16h, une bonne quarantaine d’enfants de tous âges se serrent dans la salle pour profiter d’un spectacle de théâtre jeune public, « Terre ou t’es rien », qui leur est proposé par la Compagnie du Théâtre de l’Hermitage.

Spectacle
Photo : Agathe Salem

Mais voilà que débarquent des musiciens tout de jaune vêtus… C’est la fanfare Swing’n Soul ! Au son endiablé de leur musique, nous nous mettons en cortège pour remonter vers le village d’Aubais en contre-haut à quelques centaines de mètres, et déambuler dans les rues. L’ambiance est carrément festive !

Photo : Agathe Salem
Photo : Agathe Salem

Après une halte à la galerie des Artistes nomades pour admirer l’exposition “Les quatre saisons de l’art” tandis que la fanfare continue d’égayer celles et ceux resté·e·s à l’extérieur, nous repartons en direction du parc des Aubrys, pour un apéro-concert.

À regret, je dois quitter le joyeux cortège pour rejoindre le parking, en compagnie de Josiane, active dans le collectif depuis les débuts du projet photovoltaïque, et actionnaire du parc. Elle me conduit à la gare de Vergèze-Codognan, où j’attraperai mon train pour Lyon. En riant, elle avoue : “Pour rien au monde je ne raterais la soirée, pas de problème je t’amène au train, mais ensuite… je reviens.” Et je la comprends !

Avec enthousiasme, elle me raconte sa version des Survoltés. C’est que, m’explique Josiane, “un projet comme celui-là, il crée ou il rétablit des liens entre les gens, entre nous tous.” Ce lien social, cette convivialité retrouvée et cultivée, c’est une force des projets citoyens d’énergie renouvelable. “Au départ, on pouvait craindre que la plupart d’entre nous ne tiendraient pas la distance sur un tel projet, vu l’engagement que ça demande pour le faire aboutir. Et puis, au final, on est toujours là, et nombreux, en plus !”

À la gare, je suis un peu en avance. Sur le quai, pas un chat. Je fais les cent pas… Alors que le train s’annonce, je me rends compte que, depuis quelques minutes, je sifflote une mélodie sans même y penser. C’est du Joe Dassin… “Au soleil, sous la pluie, à midi ou à minuit, il y a tout ce que vous voulez”… chez les Survoltés !

Il n’y a pas à dire, ce mois de #JuinCitoyen commence bien 🙂

Avec Energie Partagée, investissez dans les énergies renouvelables citoyennes !

Plus d'actualités

Suivez-nous sur