Les Survoltés d’Aubais

Les Survoltés d’Aubais, issus d’un collectif de lutte contre les gaz de schiste, ont inauguré leur parc photovoltaïque citoyen, le 26 mai 2018. Celui-ci est implanté à Aubais (Gard) sur une ancienne décharge, impropre à toute construction ou activité agricole.

Les Survoltés d’Aubais

Gard

Les Survoltés d’Aubais

Gard
Aubais
Gard
1500 m² au sol
360 MWh/an
Produit la consommation annuelle de 150 foyers.

Message du porteur de projet

Christian et Sylvie

Gaz de schiste, accidents nucléaires, réchauffement climatique... Le questionnement citoyen croissant sur notre avenir énergétique a fait naître ce collectif et l'association des Survoltés, dont l'objectif est d'inciter à la transition énergétique et de développer des énergies renouvelables sur son territoire.

Christian et Sylvie

À Aubais, des citoyens se sont mobilisés pour produire leur énergie

Le parc solaire est installé sur l’ancienne décharge du village, comblée il y a une dizaine d’années, mais toujours polluée et d’où toute construction ou toute culture reste bannie. Ce terrain, situé dans une zone artisanale, était, en effet, idéal pour développer un projet de production d’énergie citoyenne. Une jolie manière de faire d’un vestige au passé délétère pour l’environnement un projet d’avenir pensé pour lutter contre le réchauffement climatique.

Les Survoltés d’Aubais ont créé la société Le Watt Citoyen qui rassemble l’ensemble des parties prenantes du parc solaire et en assure l’exploitation.

À l’origine, le projet s’est construit autour d’une question. « Et si au lieu d’agir contre quelque chose, nous nous engagions dans un projet positif pour notre territoire ? » Après le bilan des actions menées contre l’exploitation des gaz de schiste sur leur territoire, c’est l’idée d’un projet commun qui a mobilisé les citoyen·ne·s d’Aubais : installer un parc photovoltaïque au sol sur leur commune.

L’histoire de l’émergence du projet des Survoltés

À l’occasion de la Journée de la Transition en 2016, Christian Mercier, co-président de l’association Les Survoltés d’Aubais, nous racontait ainsi les débuts du projet :

« Un groupe de 4 ou 5 personnes préoccupées par les problèmes environnementaux avait en 2010 participé à un atelier « découverte » du mouvement Territoire en Transition initié par Rob Hopkins en Angleterre. Ce stage organisé en Cévennes nous avait permis de nous familiariser avec les thèmes développés par Rob Hopkins: raréfaction “programmée” des ressources pétrolières notamment. Comment préparer nos territoires face à cette échéance, comment y faire face ici et maintenant, sans attendre des solutions qui viendraient du haut ?

Nous étions alors persuadés que les pressions des milieux économiques et la puissance des intérêts financiers liés à l’énergie mettraient tout en œuvre pour bloquer le plus longtemps possible toute transition énergétique . Arrivèrent à ce moment-là, début 2011, les premiers projets d’exploitation de gaz de schiste dans notre région, située sur le périmètre du permis de Montélimar.

Avec l’appui de l’association “Rencontre Citoyenne”, notre petit groupe qui commençait à imaginer comment constituer un groupe Territoire en Transition se lance dans la mobilisation contre la recherche et l’exploitation des gaz de schiste. Un collectif d’une trentaine de personnes se constitue, et anime pendant 4 ou 5 mois 8 à 10 réunions publiques, avec projection du film Gazland, suivi d’un débat. C’est ainsi que nait le collectif “Garrigues Vaunage Gaz de Schiste non Merci”, sur le territoire de deux communautés de communes allant de Sommières aux portes de Nîmes. Ce sont près de 800 personnes qui assistent alors à ces réunions, et qui ont été sensibilisées aux problèmes liés à l’énergie.

À l’automne 2011, après l’interdiction du procédé de recherche et d’exploitation appelé fracturation hydraulique, une partie des personnes engagées dans le combat contre les gaz de schiste décide de créer le “Collectif Territoire en Transition Vidourle Vaunage”. Ce groupe voit depuis ses effectifs osciller entre 15 et 20 membres qui se réunissent depuis tous les mois pour porter des initiatives de transition autour des thèmes de la relocalisation des productions alimentaire, des circuits courts alimentaire, de l’énergie, des transports, des déchets, de la citoyenneté. Un certain nombre de communes publient dans leurs bulletins municipaux des articles rédigés par le collectif sur les sujets environnementaux.

C’est donc ce collectif qui, après avoir dans un premier temps validé la faisabilité d’un parc PV sur l’ancienne décharge publique du Village d’Aubais, décide de “sortir” ce projet de la sphère Territoire en Transition, et de travailler  à la constitution d’une association: “Les Survoltés” qui aura la charge entre autres de porter la réalisation du Parc PV d’Aubais. »

Watt-citoyen-inauguration-AG-panneaux-photovoltaiques
Watt-citoyen-inauguration-AG-panneaux-photovoltaiques

Le parc solaire des Survoltés d’Aubais : les infos clés

Aubais se situe sous le soleil du Gard (30), entre Nîmes et Montpellier. Le parc se situe dans l’ancienne décharge sur la zone artisanale Moulin à vent.

D’une puissance de 250 kWc, le parc est doté de 714 panneaux solaires de fabrication française.

Il produit 378 MWh d’électricité renouvelable soit la consommation électrique (hors chauffage) de 150 foyers par an.

Le projet a été financé sans aucun emprunt bancaire. 274 citoyen·ne·s, originaires à 70 % d’Aubais et alentours, ont investi leur épargne dans la société coopérative le Watt Citoyen, qui gère le parc solaire à hauteur de 50 000 €.

De plus, le parc photovoltaïque des Survoltés d’Aubais est l’un des onze lauréats primés par la Région en 2014, en partenariat avec l’ADEME, ce qui lui a permis de bénéficier d’une subvention de 100 000 €.

Le total des fonds propres est de 349 378 €.

Les Survoltés d’Aubais et leurs futurs projets !

À travers des actions concrètes, les Survoltés continuent à sensibiliser sur les énergies renouvelables auprès de tous les publics :  les enfants dans les écoles, souvent devenus sociétaires par leur entourage, mais aussi les plus grands dans le cadre d’événements comme le tour Alternatiba, mais aussi de conférences par exemple.

Thierry Salomon, vice-président et porte-parole de l’association négaWatt, est intervenu lors d’une soirée-débat organisée par les Survoltés en septembre 2018. Les Survoltés s’appuient, en effet, sur le scénario négaWatt et en intègrent le tryptique fondamental : sobriété énergétique, efficacité énergétique et énergies renouvelables.

Plus largement, 10 % des bénéfices réalisés en vendant l’électricité à Enercoop seront réinvestis, via l’association des Survoltés, dans des actions en faveur de l’environnement !

Le plan d’affaires intègre le recyclage des produits, en particulier les capteurs solaires recyclables à près de 92%. Une provision annuelle assurera le démantèlement du parc en fin de vie.

Enfin, le projet a pour vocation d’être répliqué à l’échelle du territoire. Et l’essaimage a déjà commencé ! À quelques kilomètres, juste de l’autre côté de l’Hérault, les Cowattés travaillent à l’implantation d’un parc solaire sur les communes de Vérargues et alentour.

Au nord, dans le piémont cévenol, les Lucioles Citoyennes s’activent pour faire briller les énergies citoyennes sur la commune de Durfort. Un des porteurs du projet des Lucioles est en fait un ancien… des Survoltés. Pour les Survoltés, transmettre leur expérience et leur savoir-faire est partie intégrante de leur engagement.

Découvrez d'autres projets

Suivez-nous sur