Accueil Énergie Partagée & l’énergie citoyenneActualitésEnerg’Y Citoyennes dans Carnets de ...

Energ’Y Citoyennes dans Carnets de Campagne sur France Inter

Dans son émission Carnets de Campagne sur France Inter, de passage en Isère, Philippe Bertrand reçoit Fabienne Mahrez, vice-présidente de la coopérative Energ'Y Citoyennes, qui mobilise les habitant·e·s de la métropole grenobloise pour produire des énergies renouvelables locales !

« Nous sommes déjà tous producteurs d’énergies fossiles par l’intermédiaire de nos comptes bancaires, puisque les banques françaises sont les championnes d’Europe de l’investissement dans les énergies fossiles. Et là, l’idée, c’est de bouger notre épargne et de la faire produire de l’énergie renouvelable sur le territoire. »

Philippe Bertrand : Carnets de campagne, Bonjour. Décidément, les initiatives en faveur de la production d’énergie renouvelable sont légion dans le département de l’Isère. En 2016, nous avions rendu visite au créateur de la société agréée ESUS (autrement dit Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale) Énerg’Y Citoyennes, qui prévoyait de déployer le photovoltaïque depuis la métropole grenobloise.

Mais figurez vous que cinq ans plus tard, l’entreprise a obtenu l’approbation de quatorze villes de la métropole. Elle exploite 20 centrales solaires et 4 réseaux de chaleur bois. Nous appelons Fabienne de suite. Et puis, dans un deuxième temps, nous serons en Ile-de-France avec Antoine, co-créateurs de Champerché, qui conçoit et exploite des fermes urbaines en bioponie, définition à venir tout à l’heure !

Fabienne Mahrez, bonjour !

Fabienne Mahrez : Bonjour Philippe !

Philippe Bertrand : Fabienne, vice-présidente de Énerg’Y Citoyennes, fondée en 2016. On vous avait eu, au moment de cette fondation de cette société d’énergie citoyenne. 300 associés, une levée de fonds de près de 350 000 euros d’épargne. Vous avez investi plus d’un million d’euros sur le territoire. Dites-moi, Grenoble est devenue ville verte à cause de vous !

Fabienne Mahrez : Alors, un petit peu ! On représente un petit morceau effectivement, peut-être, de ce qui a amené à sa sélection. Mais alors, soyons bien clairs, ce n’est pas que Grenoble, puisque là, on parle de la métropole. Notre entreprise, elle a comme territoire la métropole grenobloise, donc 48 communes, dont Grenoble et nos centrales, donc les 20 centrales solaires et les 4 réseaux de chaleur bois que nous avons installés sont bien réparties, en fait, aujourd’hui sur le territoire.

Philippe Bertrand : Alors, on revend le produit de la production électrique ou on consomme directement ?

Fabienne Mahrez : Non, c’est vraiment de la vente totale. Là, nous parlons de vente totale et notamment, par exemple, quand il s’agit d’écoles, parce qu’on a pas mal d’installations sur des écoles, on comprend évidemment que le maximum d’ensoleillement va avoir lieu l’été, et l’été les écoles sont vides. Donc, effectivement, on est dans une optimisation de cette ressource solaire et donc de cette ressource électrique. Cette électricité revendue sera donc utilisée à ce moment-là par les voisins des écoles.

Philippe Bertrand : Vous parlez de levée de fonds. Quand on est une coopérative comme vous, on a déjà les coopérateurs qui, via leurs cotisations, permettent d’amorcer la pompe.

Fabienne Mahrez : Alors, on n’est pas vraiment une coopérative, nous, mais nous sommes une SAS à statut coopératif. À l’époque, quand on a créé Energ’Y Citoyennes, il n’y avait pas encore la possibilité de créer des coopératives ; ça a changé depuis, mais voilà. Donc, on a déjà des associés.

Mais notre objectif, bien sûr, c’est d’avoir toujours de plus en plus d’associés, de plus en plus de producteurs d’énergies renouvelables sur notre territoire, puisqu’aujourd’hui, on sait que nous sommes déjà tous producteurs d’énergies fossiles par l’intermédiaire de nos comptes bancaires, puisque les banques françaises sont les championnes d’Europe de l’investissement dans les énergies fossiles.

Et là, l’idée, c’est de bouger notre épargne et de la faire produire de l’énergie renouvelable sur le territoire. On a des enjeux de croissance importants parce que nous sommes de plus en plus sollicités par de nouvelles communes tous les ans et également maintenant par des entreprises.

Philippe Bertrand : Je rappelle les faits, parce que vous l’avez dit rapidement, vous êtes en train de dépasser le cap des 30 % des villes de la métropole de Grenoble engagées avec vous, 15 villes sur 48. Pour une société citoyenne, c’est un travail de professionnels. Ça vous prend tout le temps de la de la journée, de l’année ?

Fabienne Mahrez : Non, non, non. Alors on est une trentaine de bénévoles et donc certains y passent une heure par semaine, d’autres vont y passer une journée par semaine. Et on a un bon réseau maintenant de villes qui communiquent également, c’est-à-dire qu’on utilise notre réseau.

On fait aussi partie d’un réseau national qui s’appelle Énergie Partagée. Donc toute la communication qui a lieu au niveau national nous permet aussi d’être visibles. Les communes communiquent avec nous, donc on fait travailler aussi tous nos actionnaires.

Chaque actionnaire, dès qu’il prend une part, devient aussi un grand communicant pour Energ’Y Citoyennes parce qu’il peut en parler à ses amis, à sa famille et se féliciter de ce qu’il a fait faire à son épargne.

Philippe Bertrand : Vous avez démarré, écrivez-vous, en juin dernier, une réflexion sur votre rôle en tant que citoyens dans la maîtrise de l’énergie du territoire et dans la lutte contre la précarité énergétique. Concernant ce volet de la précarité énergétique, comment procédez vous ?

Fabienne Mahrez : Ce que nous avons fait, grâce à certains bénévoles qui étaient prêts à s’engager sur ce volet qui, depuis le début, fait partie de nos statuts quand nous avons créé l’entreprise. Donc, depuis le printemps 2021, l’idée a été de rencontrer les acteurs de la maîtrise de l’énergie et de la précarité énergétique et de la lutte contre la précarité énergétique sur notre territoire et de nous les questionner. Que pouvons nous faire pour vous ? Comment pouvons-nous vous aider ?

Et donc pour la précarité, par exemple, on a un acteur qui s’appelle Ulysse Énergie sur notre territoire, et qui a du mal, justement, à entrer en contact avec les collectivités territoriales. Et nous, nous avons des collectivités territoriales qui sont déjà associées d’Energ’Y Citoyennes. Donc, nous sommes partis avec notre bâton de pèlerin à la rencontre, au contact de ces collectivités, pour leur faire connaître ces dispositifs qui ont du mal. Vous savez, il existe tellement de dispositifs aujourd’hui, que c’est une forêt dans laquelle même les collectivités territoriales et les CCAS se perdent.

L’idée, c’est de recréer du lien en tant qu’habitants. Voilà, nous faisons réseau avec les communes nous ont suivis pour la production d’électricité ou la production de chaleur. Nous leur disons : « Est ce que vous nous suivriez aussi pour la découverte et une meilleure connaissance de ces outils pour lutter contre la précarité énergétique ? »

Philippe Bertrand : En vous écoutant, il n’y a pas que la SAS qui a de l’énergie. Vous en avez aussi, hein, vous ?

Fabienne Mahrez : Exactement, on a beaucoup d’énergie. On a la chance, effectivement, d’avoir des bénévoles avec beaucoup d’énergie. On produit l’équivalent de la consommation annuelle de 251 foyers en électricité, alors que nous sommes 300 associés. Donc, on voit qu’on peut faire des choses à notre échelle.

Philippe Bertrand : En tout cas, merci de transmettre cette énergie à tout le monde. Merci Fabienne !

Fabienne Mahrez : Merci à vous de nous avoir re-reçus. A bientôt !

Plus d'actualités

Suivez-nous sur