Accueil Nous connaîtreActualitésUne nouvelle filière dans le mouvement des ...

Une nouvelle filière dans le mouvement des énergies citoyennes : les grappes solaires !

Dans notre mouvement, une filière est bien née : celle des grappes de toitures photovoltaïques. Aujourd'hui, ce sont plus de 70 sociétés coopératives qui ont choisi cette filière pour commencer la transition énergétique sur leur territoire.

Une grappe photovoltaïque, c’est quoi ?

Une grappe solaire, c’est la réalisation de plusieurs toitures photovoltaïques de tailles différentes sur différents bâtiments sur un même territoire. Quand ce sont des habitants avec leur collectivité qui s’en occupent, c’est encore mieux ! En créant leur société coopérative pour développer les énergies renouvelables près de chez eux, ils permettent à tous d’investir et à tous les propriétaires publics et privés qui ont des toitures potentielles, de les solariser.

En plus, en groupant plusieurs toitures dans le même investissement, il est possible d’atteindre une taille critique pour économiser des coûts mais aussi pour diluer les risques d’exploitation des toitures.

Dopés par le succès des Centrales villageoises qui ont déjà essaimé 34 sociétés citoyennes et locales de production, essentiellement en Rhône-Alpes, les projets citoyens de « grappes PV »  se multiplient dans toute la France. Même si les collectifs de citoyens rappellent que c’est un premier pas vers les autres énergies renouvelables et les économies d’énergie, c’est aujourd’hui une vraie filière qui s’est créée.

Depuis, bon nombre de projets de grappes solaires voient le jour. Les citoyens qui sont aux manettes ne cessent d’innover pour pérenniser leurs projets malgré la baisse des tarifs d’achat de l’électricité (cf notre tribune “Du Nord au Sud, le soleil brille partout en France pour le photovoltaïque”).

Certains se lancent à l’échelle régionale comme Cowatt en Pays de Loire, ou à l’échelle départementale comme CatEnr dans les Pyrénées-Orientales, d’autres partent à l’assaut de grandes villes (Citoy’enR et ICEA à Toulouse, Enercit’IF à Paris, Energ’Y Citoyennes à Grenoble, Toits en Transition à Lyon) tandis que d’autres se développent en campagne, comme Énergies Collectives à Embrun (05), Dwatts dans le Diois (04), Centrales villageoises Vercorsoleil dans le Vercors, La Citoyenne Solaire dans le Parc naturel Régional du Périgord-Limousin, et bien d’autres (près d’une centaine à retrouver sur la carte).

ICEA EnR près de Toulouse-Les sociétaires lors d'une inauguration de toiture solaire PV
Les sociétaires d’ICEA EnR inaugurent une de leurs toitures photovoltaïques à l’été 2018.

Ce qu’Énergie Partagée apporte aux projets de grappes PV

Le réseau d’Énergie Partagée a répondu aux besoins de ces porteurs de projets citoyens.

D’abord en leur proposant un atelier sur toute l’année 2018 réunissant 113 membres et 32 projets citoyens. Ils ont pu échanger sur une liste de discussion, se réunir à distance une douzaine de fois et se rencontrer lors d’un séminaire en juin dernier.

Cette intelligence collective a débouché sur une série d’outils communs (tutoriels, référentiel de professionnels, cahiers des charges, et bien d’autres documents partagés), une négociation collective avec les assureurs, à commencer par la MAIF, pour assurer les toitures citoyennes, et une solution commune pour le suivi d’exploitation des toitures avec l’association HESPUL. Un webinaire aura lieu à ce sujet le jeudi 18 octobre 2018 de 12h30 à 14h (inscription ici).

L’offre de financement Énergie Partagée / La Nef

Le financement de ce type de projet n’est pas simple. Il faut trouver l’équilibre entre la taille du projet et la capacité d’investissement des citoyens : plus la grappe contient d’installations, plus elle est viable mais plus le besoin en financement est important.

De plus, les études de faisabilité à financer au départ concernent souvent beaucoup plus de toitures que la réalisation au final. Enfin, c’est tout un art de savoir gérer la trésorerie entre la finalisation du prêt bancaire et les avances à faire pour que l’installateur commande les panneaux et commence le chantier.

Pour aider les porteurs de projet, Énergie Partagée et La Nef (coopérative financière) ont conçu une nouvelle offre intégrée permettant d’obtenir un coup de pouce financier en fonds propres par Énergie Partagée dès la phase de finalisation du développement, qui se convertit en prêt Nef à la mise en service des centrales. Cette offre permettra d’accélérer la construction des centrales pour de meilleures vendanges solaires !

Agenda : rendez-vous du 26 au 28 septembre aux Rencontres TEPOS à Montmélian en Savoie !

La filière des grappes photovoltaïques cherche à massifier le nombre d’installations, ce qui suppose une mutualisation de plus en plus poussée entre porteurs de projets.

Ce sera l’objet de l’atelier  animée par Johann Vacandare du réseau ECLR Occitanie et par Paul-Jean Couthenx de CoopaWatt, avec les témoignages de Grési21, les Centrales villageoises photovoltaïques du Grésivaudan, la SCIC Carmausin Segala et les porteurs de Monts Énergies.

Suggestions

Suivez-nous sur