Méthamoly

En 2012, un groupe de douze agriculteurs s’est engagé dans un projet de méthanisation collective, en mobilisant de nombreux acteurs dans les Monts du Lyonnais. Ils récupèrent aujourd’hui du digestat pour enrichir les terres agricoles et une station de bioGNV a été créée à proximité fin 2020.

Vous aimez ce projet ? Partagez-le !

Méthamoly

Loire

Le projet en un clin d'œil

Émergence
Développement
Fonctionnement
Création d’un méthaniseur collectif pour valoriser les effluents d'élevage et les biodéchets du territoire.
Puissance 140 Nm3/h
Production 12 513 MWh
par an
La consommation de chauffage annuelle de 2 781 personnes
Budget 6 400 000 €
Investissement Énergie Partagée 230 000 €
Saint-Denis-sur-Coise
Loire (42)

L'avancée du projet

Émergence
Développement
Fonctionnement

Le type de projet

Message du porteur de projet

Aloïs Klein

C’est un projet de longue haleine initié en 2012. Il a été mené par un groupe-projet très divers qui donne beaucoup de sens à la démarche avec le souci permanent d'impliquer les acteurs du territoire : résident·e·s, associations locales, élu·e·s locaux, cantines scolaires, agriculteurs…

Aloïs Klein

Vous souhaitez soutenir ce projet ?

Soutenez financièrement
ce projet citoyen et bien d'autres
avec Énergie Partagée.

Méthamoly : une initiative impulsée par agriculteurs et collectivités

C’est en 2012 que douze éleveurs bovins (lait et viande), déjà regroupés en CUMA (Coopérative d’utilisation de matériel agricole) et habitués à s’entraider, ont décidé de s’engager dans un projet territorial de méthanisation collective. D’emblée, leur projet a bénéficié de l’accompagnement du Syndicat Intercommunautaire des Monts du Lyonnais (Simoly) qui s’était de son côté attelé à identifier les potentiels de méthanisation sur son territoire. Les collectivités ont co-financé le projet, au travers de la SEM Soleil et du fonds OSER.

Énergie Partagée a également investi au côté des agriculteurs. Le tour de table a été complété par Engie Suez Biogaz, qui a également apporté son expertise technique gazière, et par Unica Invest, ainsi que par un emprunt bancaire à hauteur de 5 millions d’euros.

Chaque année, 19 000 tonnes de déchets transformées en énergie renouvelable

Le méthaniseur, installé sur la commune de Saint-Denis-sur-Coise, traite à la fois des effluents d’élevage et des biodéchets issus des cantines et d’entreprises agroalimentaires du territoire. Chaque année, ce sont environ 11 000 tonnes d’effluents d’élevage et 8000 tonnes de biodéchets qui sont recyclées par Méthamoly.

La totalité des matières amenées au méthaniseur provient du territoire proche : les effluents sont fournis par des élevages situés aux alentours (5 km ou moins) et les biodéchets sont collectés dans un rayon d’une cinquantaine de kilomètres.

La fermentation génère un résidu, le digestat, composé de matière organique, d’azote, de phosphore et d’eau. Ce digestat constitue un excellent amendement pour les terres agricoles : sa valorisation sur les fermes permet aux agriculteurs de réduire l’usage d’engrais de synthèse dans leur activité. L’épandage se fait sur les élevages qui fournissent leurs effluents, et les résultats obtenus au bout de 3 ans, d’un point de vue fertilisation, sont excellents. Tous les acteurs concernés par ce sujet portent une attention toute particulière à la qualité de cette matière qui retourne sur les sols, au moyen d’analyses régulières.

Les flux routiers induits par l’activité du méthaniseur restent minimes au regard des infrastructures et du trafic préexistant dans la zone artisanale où Méthamoly est implanté parmi d’autres entreprises. Seuls deux semi-remorques approvisionnent le site chaque jour, apportant la cinquantaine de tonnes de matières nécessaires à l’alimentation du digesteur dans lequel est généré le biométhane.

Photo © Frédéric Berthet

Une station bioGNV pour le territoire

Méthamoly a entraîné d’autres projets dans son sillage. Le site produit du biométhane qui, au début de sa mise en route, est injecté dans le réseau local de gaz. Puis un projet de station 100 % bioGNV (Gaz Naturel pour Véhicules) a été monté à l’initiative de la communauté de communes des Monts du Lyonnais et porté par une entreprise privée, dont certains membres de Méthamoly sont actionnaires. La station a été mise en service fin 2020 et des transporteurs locaux se sont engagés à acheter des véhicules roulant au biogaz afin d’en assurer la rentabilité. Une trentaine de gros véhicules par jour viennent se ravitailler, dont des bus scolaires et départementaux, la benne à ordures ménagères de la collectivité, un 3.5 t de la coopérative fromagère AlterMonts, ainsi que les cars de plusieurs sociétés de transport. La station permet également à une vingtaine de véhicules légers ou utilitaires (artisans du bâtiment) de passer à la pompe, et un agrandissement de la capacité est prévu courant 2022.

Cette station propose ainsi une ressource locale qui se substitue avantageusement aux carburants fossiles importés. Le bilan carbone du bioGNV est quasiment neutre : le CO2 libéré à l’échappement est équivalent au CO2 absorbé au cours de leur croissance par les végétaux méthanisés lors de la fabrication du biocarburant.

Le bioGNV émet 80 % de CO2 en moins par rapport à un véhicule diesel de même génération et ne libère pas de particules fines.

Le biogaz doit être purifié avant d’être injecté dans le réseau ou d’être utilisé en bioGNV, afin d’y maximiser la teneur en méthane, opération qui conduit à en extraire du CO2. Plutôt que de rejeter ce CO2 dans l’atmosphère, un projet est à l’étude sur la réalisation d’une unité de liquéfaction de ce CO2 contenu dans le biogaz (1600 tonnes par an) dans le but de le valoriser dans des usages industriels locaux.

Méthamoly participe clairement à la dynamique du territoire. La SAS a créé plusieurs emplois directs : trois personnes pour exploiter le site, deux autres pour gérer l’approvisionnement en matières et une pour l’épandage du digestat. Elle génère également des emplois indirects, pour l’exploitation du méthaniseur et de la station bioGNV, créant de l’activité pour des prestataires choisis en région Rhône-Alpes, qui interviennent par exemple pour l’épuration du gaz produit, le suivi de l’installation, et le suivi réglementaire.

Soutien financier

Énergie Partagée a bénéficié d’un soutien financier du Fonds Social Européen pour l’élaboration de cette page web.

Logo L'Europe s'engage en France - Fonds Social Européen
Logo Union Européenne - Projet cofinancé par le Fonds Social Européen

Découvrez d'autres projets

Suivez-nous sur