Centrès Méthanisation

Dans l'Aveyron, à Centrès, 26 agriculteurs et des citoyens, réunis en société à gouvernance coopérative, développent avec le soutien des élus un projet de méthanisation en cogénération, pour valoriser localement leurs lisiers, leurs fumiers et des déchets verts locaux.

Vous aimez ce projet ? Partagez-le !

Centrès Méthanisation

Aveyron

Le projet en un clin d'œil

Émergence
Développement
Fonctionnement
Centrès Méthanisation : 26 éleveurs transforment leurs déchets en énergie.
Puissance 249 kW
Production 1 900 MWh
par an
La consommation électrique annuelle de 1900 personnes (hors chauffage)
Budget 3 200 000 €
Investissement Énergie Partagée 210 000 €
Centrès
Aveyron

Les chiffres clés du Centrès Méthanisation

Unité de méthanisation en cogénération électricité + chaleur

Puissance : 249 kW

Production d’électricité : 1900 MWh/an vendus à EDF, soit la consommation électrique de 594 foyers (hors chauffage et eau chaude)

Production de chaleur : 2200 MWh/an de chaleur dont 1800 utilisés pour du séchage de bois d’oeuvre

Valorisation du digestat : 11 000 t/an de digestat organique (utilisable en agriculture bio) seront épandues sur 500 ha de terres, évitant l’utilisation de 74 t/an d’engrais azotés chimiques

À Centrès, paysans et collectivités se mobilisent pour la méthanisation collective

En 2008, un groupe de citoyens et d’élus découvrent la méthanisation. Ils y voient une opportunité de dynamiser leur territoire rural, en accompagnant les éleveurs dans une démarche d’amélioration environnementale et économique.

Enthousiastes, ils entreprennent des actions d’information, des réunions publiques (la 2e en avril 2018 a rassemblé plus de 80 personnes), des rencontres (institutionnels, constructeurs, élus, autres porteurs de projets), un stage animé par un agronome, des visites d’installations.

Ensemble, ils créent l’association Centrès Agri-Énergie en 2010 pour assurer la sensibilisation et la mobilisation autour des énergies renouvelables. Ils impulsent une étude qui démontre la faisabilité d’un projet d’installation d’une unité de méthanisation agricole collective sur la commune.

En avril 2018, une 2e réunion publique a rassemblé plus de 80 personnes autour du projet Centrès Méthanisation soutenu par Energie Partagée

Rejoints progressivement par des paysans, ils sont maintenant 32 citoyens, dont 26 éleveurs, et une entreprise artisanale (Aveyron Scierie Bois), qui utilisera la chaleur produite pour sécher du bois d’oeuvre, à porter ce projet multi-partenarial.

Les collectivités locales sont aussi parties prenantes : la commune de Centrès, la Communauté de Communes du Naucellois ainsi que le PETR Centre et Ouest Aveyron soutiennent le projet depuis plusieurs années.

Les porteurs du projet souhaitent mutualiser leur expérience et les compétences acquises avec d’autres porteurs de projets d’énergie renouvelable à leur image. Ils ont déjà commencé au sein du PETR à Rodez, et continueront tout au long de la vie du projet. Et pourquoi pas à terme, faire essaimer d’autres projets d’énergie renouvelable ou de développement économique citoyens sur leur territoire…

Le projet Centres Methanisation rassemble 26 éleveurs, soutenus par Energie Partagée

Des petites fermes d’élevage qui coopèrent pour se pérenniser

Les 26 exploitations qui font aujourd’hui partie du projet sont toutes des fermes d’élevage : bovins (production de viande ou de lait), ovins (production de lait ou de viande), chèvres. Du fumier équin sera également apporté au méthaniseur.

Ce sont des fermes familiales, qui en moyenne font 45 hectares et ne dépassent pas 70 hectares. Les éleveurs bovins ont en moyenne une cinquantaine de bêtes. La très grande majorité de ces fermes participent à des labels de qualité (Veau d’Aveyron, AOP Roquefort). Une ferme est labellisée en agriculture biologique et deux autres sont en conversion.

Une ferme bovine familiale, partie prenante du projet d'énergie renouvelable Centrès Methanisation

Les éleveurs qui portent le projet de méthanisation souhaitent avant tout pérenniser leurs fermes, grâce à deux bénéfices de la méthanisation :
– alléger le travail de stockage, gestion et épandage du fumier
– limiter leur dépendance aux engrais azotés et enrichir les sols par l’utilisation du digestat

La méthanisation renforcera aussi leurs liens et leurs partages de pratiques. Ils devront tous se former à utiliser le digestat en commun, et continuer à coopérer au long cours pour le répartir, l’utiliser, améliorer son stockage au plus près des parcelles, etc.

Un site de méthanisation choisi pour minimiser tous les impacts négatifs

En 2012, les porteurs de projet cherchent une localisation pour leur projet. Ils visitent plusieurs terrains et notamment un terrain communal. C’est le printemps, le temps a été pluvieux et le terrain est chargé d’eau. Ils s’aperçoivent que c’est un terrain humide et une friche non cultivée. Ils sollicitent une expertise, qui confirme qu’il s’agit bien d’une zone humide : elle doit donc être classée et protégée. Le classement est effectif en 2013 : le projet de méthanisation a abouti à l’identification et la protection d’une zone humide et de sa biodiversité !

Le terrain choisi est central par rapport aux fermes et aux parcelles où le digestat sera épandu, ce qui permettra de limiter le trafic routier engendré, qui se confondra avec le reste du trafic lié aux activités agricoles. Les 26 fermes d’où proviendront les matières méthanisées sont toutes à moins de 5 km du site. Pour ce qui est de l’épandage du digestat, 87 % des parcelles sont situées à moins de 5 km du terrain, et seulement 1,5% sont situées à 10 ou 15 km.

Ce terrain est déjà desservi par la route et bordé d’arbres, qui seront conservés afin de limiter l’impact visuel de l’unité depuis la route. Il est éloigné des maisons, puisque les premières se situent à 600 mètres, alors que la règlementation impose seulement 50 mètres.

Le site d'implantation du méthaniseur de Centres Méthanisation est à l'écart de toute habitation.

De nombreux impacts environnementaux positifs

Chaque année, les 11 000 tonnes de digestat produites par l’unité enrichiront les sols et éviteront l’utilisation de 74 tonnes d’azote chimique par an. En effet, le digestat solide (6400 t/an) agit comme un compost, et le digestat liquide (3700 t/an) agit comme un fertilisant. Outre l’azote, le digestat contient également du phosphore et du potassium – dont les extractions minières dévastent d’autres pays que la France et dont les agriculteurs pourront dorénavant se passer.

La séparation des parties liquide et solide du digestat et son stockage dans des fosses sécurisées sur le site de méthanisation mettent fin au stockage de fumier à l’air libre en bout de champ. Ce changement a deux impacts positifs directs :

  • Au lieu d’être émis dans l’atmosphère et de venir accroître le réchauffement climatique, le méthane sera capté pour produire électricité et chaleur.
  • Le fumier n’est plus exposé au lessivage et au ruissellement en cas de pluie.

Ainsi la méthanisation viendra à la fois modifier et alléger les pratiques agricoles des éleveurs. C’est une évolution ambitieuse, dans laquelle ils sont notamment accompagnés par la Chambre d’agriculture, qui procèdera également, pendant plusieurs années et sur 22 localisations, à des analyses de sol, pour en suivre l’évolution et optimiser les pratiques d’épandage.

La méthanisation, comment ça marche ?

Le méthaniseur sera alimenté par des déchets entièrement d’origine agricole en provenance d’exploitations situées à moins de 5 km du méthaniseur. Ceux-ci seront stockés puis introduits dans le digesteur, où a lieu la fermentation qui produit du biogaz, essentiellement constitué de méthane (60 %) et de CO2 (40 %). Le gaz est ensuite utilisé pour produire à la fois de l’électricité et de la chaleur : ce processus s’appelle la cogénération.

En plus de l’électricité générée, la production de chaleur servira au séchage de produits, majoritairement la production de parquet par une scierie voisine, tout au long de l’année.

Enfin, après ce processus de méthanisation, il reste une partie de la matière qu’on appelle le digestat, qui est conservé pour être épandu sur les parcelles des agriculteurs et ainsi réduire l’utilisation d’engrais de synthèse !

Découvrez d'autres projets

Suivez-nous sur