Photovolt’Albi

À Albi, une centrale solaire au sol renait des cendres d’une ancienne centrale thermique au charbon. Cette initiative, portée par la municipalité, permet d’écrire une nouvelle page vers la transition écologique pour ce site industriel.

Vous aimez ce projet ? Partagez-le !

Photovolt’Albi

Tarn

Le projet en un clin d'œil

Émergence
Développement
Fonctionnement
Le parc photovoltaïque au sol de Pélissier est une installation d'une puissance totale de 5 MWc. Ses 13000 panneaux d’une surface totale de 24 000m² seront mis en place sur un terrain dépollué de 10ha.
Puissance 5 000 kW
Production 6 600 MWh
par an
La consommation électrique annuelle de 5 631 personnes (hors chauffage et eau chaude sanitaire)
Budget 4 966 000 €
Investissement Énergie Partagée 75 100 €
Albi
Tarn

L'avancée du projet

Émergence
Développement
Fonctionnement

Le type de projet

Vous souhaitez soutenir ce projet ?

Soutenez financièrement
ce projet citoyen et bien d'autres
avec Énergie Partagée.

Une centrale photovoltaïque qui renait des cendres

Pendant plus d’un siècle, le site de Pélissier fut associé au charbon. Du terril et des tonnes de combustible qui ont été exploités dans les mines, puis par la centrale thermique à partir de 1969, il ne reste aujourd’hui qu’un terrain végétalisé dénué de charme. Qu’importe, la qualité d’ensoleillement de l’ancien parc à charbon le prête désormais à produire une énergie nettement plus verte.

Tout juste un an après l’arrêt de la centrale thermique, en 2007, la commune d’Albi souhaite contribuer à la reconversion du site, en l’intégrant dans l’aménagement du secteur Nord de la ville. La collectivité exerce son droit de préemption en rachetant l’ensemble du terrain à EDF qui l’exploitait. Elle projette de maintenir une activité de production d’électricité en cohérence avec le passé industriel du lieu, tout en promouvant l’utilisation d’énergies renouvelables, compatibles avec une urbanisation proche. Et ce très vaste terrain fort fragilisé par des décennies d’activité humaine se prête bien à accueillir une centrale photovoltaïque au sol.

Après 5 longues années de travaux de démantèlement et de dépollution du site réalisés par EDF, sous le contrôle de la Direction Régionale de l’Aménagement et du Logement (DREAL), entre 2012 et 2017, la friche industrielle fini par retrouver un aspect naturel. La zone de 10ha, destinée à accueillir la centrale solaire, a été évacuée de ses 500 000 tonnes de cendres et le sol a été végétalisé. Le projet photovoltaïque est confirmé à l’issue des deux ans études qui concluent à sa pertinence et à sa faisabilité environnementale, technique et financière. L’arrêté préfectoral de mise en place de servitudes d’utilités publiques, qui en avril 2018 vient encadrer les utilisations possibles du sol, renforce la pertinence du projet de centrale photovoltaïque, compatible avec les restrictions d’usage du site.

C’est ainsi qu’après avoir obtenu l’ensemble des autorisations administratives pour la réalisation du projet, les premiers panneaux sont posés sur le site à partir de novembre 2020. Le parc représentera 24 000m² de panneaux d’une puissance de 5MW, ce qui représente les besoins en électricité de 5 631 personnes. Une belle histoire de revalorisation d’un terrain dégradé en une source de production électrique verte et de revenu pour la collectivité.

La ville d’Albi motrice, engagée et entourée

La municipalité d’Albi s’implique depuis plusieurs années dans la mise en œuvre de la transition énergétique sur son territoire. Engager les démarches de développement pour réaliser un parc photovoltaïque au sol s’inscrit dans sa volonté d’accroître l’indépendance énergétique du territoire et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Dès le lancement de la dynamique, l’ambition de la ville est déterminée. Elle souhaite pouvoir maîtriser le projet sur toute la durée d’exploitation et permettre l’investissement des Albigeois dans le parc solaire. En étant acteur de ce projet, la ville compte pouvoir suivre de près la réalisation et l’exploitation du parc, ainsi que garder un droit de contrôle sur la structure et bénéficier de ses retombées économiques.

Par le biais d’un appel à manifestation d’intérêt (AMI), elle sélectionne un groupement de partenaires adapté à ses attentes pour co-développer et réaliser le projet solaire. Ce groupement, constitué de la SEM SIPEnR et de la SAS Irisolaris, a convenu d’un montage financier reposant sur la création d’une société impliquant la ville comme actionnaire et un financement participatif citoyen. Ainsi 75% du capital de la société de projet (SAS Centrale solaire Albi Pélissier) est détenu par la ville d’Albi, les citoyens par le biais d’Énergie Partagée et la SEM SIPEnR. Les 25% restant étant détenus par Irisolaris, producteur indépendant d’énergies renouvelables depuis 2008. La représentation publique et citoyenne est donc majoritaire.

Illustration supplémentaire de la volonté de la société de projet de favoriser une gouvernance publique, en phase de développement, un Comité de pilotage composé de 3 membres de la ville d’Albi et de 3 membres du groupement SIPEnR-Irisolaris a été instauré, avec prise de décision des orientations à l’unanimité. Un bel exemple de co-développement mené en concertation avec l’ensemble des acteurs locaux, dans l’objectif de répondre de manière fine aux attentes et aux besoins du territoire.

L’appel à l’implication des Albigeois

Le projet du parc photovoltaïque de Pélissier a été présenté publiquement à plusieurs reprises au fil de l’avancement des études et notamment lors des conseils de quartiers du 17 novembre 2017 et du 3 avril 2018 qui se sont tenus à Breuil Mazicou et lors d’une réunion de présentation du projet aux riverains organisée le 2 octobre 2018 à proximité immédiate du site.

Le projet est désormais en chantier et sera mis en service au printemps 2021. Les Albigeois, et plus largement les habitants du Tarn et des départements limitrophes, sont invités à contribuer à la transition énergétique en plaçant leur épargne dans Énergie Partagée Investissement pour soutenir ce projet photovoltaïque et bien d’autres. Il est donc possible pour les citoyens de se réapproprier l’énergie de leur territoire par intermédiaire de notre outil d’investissement. La souscription se fait via l’achat d’une ou plusieurs actions pour un montant unitaire de 110 euros. S’engager en tant qu’actionnaire avec Énergie Partagée Investissement, c’est financer grâce à son épargne des projets locaux qui encouragent la transition énergétique en France.

Rejoignez nos 6500 actionnaires citoyens et devenez acteur de la transition énergétique en souscrivant des parts !

Une prise en compte assidue de l’impact environnemental

Le parc solaire étant située sur des terres qui ont déjà subi une forte pression anthropique, choix a été fait de porter une grande vigilance à l’aspect environnemental du projet. Ainsi, la conception et la mise en œuvre répondent avec rigueur aux mesures préconisées pour éviter ou réduire les impacts environnementaux.

Parmi ces mesures, les travaux respectent le calendrier écologique saisonnier afin de limiter la destruction d’individus d’espèces protégées, et le risque de pollution par déversement accidentel d’hydrocarbure est maîtrisé par les dispositifs de récupération et le contrôle régulier des pratiques de chantier. Enfin, afin d’accompagner le retour de la faune sauvage sur le site, une double haie sera implantée sur le côté ouest du site pour les chiroptères et des nichoirs à chiroptères et à Chevêche d’Athéna seront construits.

Le site étant situé en contrebas de l’avenue, il bénéficie d’un emplacement discret facilitant l’intégration paysagère des panneaux solaires dans leur environnement. Cet impact visuel est diminué par la conservation du mur d’enceinte qui crée un écran visuel et par le maintien et la gestion des lisières arborées. Qui plus est, le parc photovoltaïque n’occupe que la moitié du site de l’ancienne centrale de Pélissier, ce qui permet d’éviter sa contiguïté avec les zones habitées en périphérie.

Des sensibilisations scolaires déjà menées auprès de 500 élèves !

La volonté de la ville d’Albi et de ses partenaires, c’est que la mise en place du parc photovoltaïque de Pélissier soit un véritable levier de compréhension à échelle locale des enjeux et de la nécessité de la transition énergétique. Elle a donc fait appel à l’association Les Petits Débrouillards pour faire découvrir l’énergie solaire aux enfants, qui est intervenue dans sept écoles albigeoises entre les mois d’octobre et novembre 2020. Au programme, la connaissance des différentes sources d’énergie, leur utilisation dans la vie quotidienne et un atelier pratique autour du transport de l’énergie et des circuits électriques.

Au total, c’est plus de 500 élèves qui ont pu bénéficier de cette approche pédagogique.Ces échanges ont été très bien accueillis par les enseignants qui souhaitent maintenant organiser un temps de visite scolaire du parc photovoltaïque albigeois.

Découvrez d'autres projets

Suivez-nous sur