Centrales Villageoises Soleil Sud Bourgogne

La société Centrales Villageoises Soleil Sud Bourgogne œuvre au développement des énergies renouvelables dans le Pays Sud Bourgogne en menant une action d’installation de panneaux photovoltaïques sur des toitures privées et publiques.

Vous aimez ce projet ? Partagez-le !

Centrales Villageoises Soleil Sud Bourgogne

Saône-et-Loire

Le projet en un clin d'œil

Émergence
Développement
Fonctionnement
Collectif membre du réseau des Centrales Villageoises développant un projet de grappe solaire photovoltaïque
Puissance 72 kW
Production 83 MWh
par an
La consommation électrique annuelle de 71 personnes (hors chauffage et eau chaude sanitaire)
Budget 133 460 €
Verzé
Saône-et-Loire (71)

L'avancée du projet

Émergence
Développement
Fonctionnement

Le statut du projet

Le type de projet

Message du porteur de projet

Laurence BOUBET

Notre moteur : une équipe motivée, très diversifiée, répartie sur différents secteurs et qui se complète en permanence. À cela s’ajoute un large réseau, on sait que si on a un souci technique ou juridique, on va pouvoir aller chercher des réponses.

Laurence Boubet, présidente des Centrales Villageoises Soleil Sud Bourgogne

Vous souhaitez soutenir ce projet ?

Participez localement
et apportez vos compétences
en rejoignant la société du projet.

La première société Centrales Villageoises créée en Bourgogne

Au départ, une association pour la production d’énergies renouvelables locales et citoyennes dans le Mâconnais est créée en 2012 par un groupe de militant·e·s. Elle se saisit de la question du chauffage urbain à Mâcon, majoritairement au fioul, et parvient à insérer cette problématique au sein du débat électoral municipal, qui aboutit à la création d’une nouvelle chaufferie alimentée au bois desservant 9 500 logements et collectivités en 2018.

L’association se tourne ensuite vers des projets éoliens, mais le territoire de Saône-et-Loire étant fortement réfractaire, elle s’intéresse alors au photovoltaïque, mieux accepté du grand public. La société Centrales Villageoises Soleil Sud Bourgogne (CVSSB) est fondée en 2018 par une dizaine de personnes ; elle réunit assez rapidement plus de 90 sociétaires.

CVSSB fait le choix de couvrir un large secteur du Pays Sud Bourgogne, qui s’étend sur trois Communautés de Communes (Clunisois, Saint-Cyr Mère Boitier et une partie de la communauté d’agglomération Mâconnais Beaujolais).

Un premier lot d’installation de centrales photovoltaïques

L’action de la société se concrétise rapidement avec l’équipement de quatre toitures de 9 kWc, finalisées et mises en service fin 2018 et début 2019 : trois chez des particuliers et une sur les ateliers municipaux de Verzé, petite commune du Mâconnais.

Parallèlement au bouclage de ce premier lot, CVSSB cherche à en lancer un deuxième. L’évolution des tarifs de l’obligation d’achat par les fournisseurs d’électricité provoque une évolution du modèle économique : la société CVSSB est contrainte de voir plus grand et de rechercher prioritairement des toits de 200 m2 pour des centrales de 36 kWc. Elle envoie pour cela des ambassadeurs prospecter les propriétaires de moyennes et grandes toitures, qui se trouvent plutôt sur des bâtiments publics, des entreprises ou des exploitations agricoles.

L’installation d’une centrale de 36 kWc sur un bâtiment appartenant à la Chambre d’agriculture de Saône-et-Loire, sur la commune de Davayé, se concrétise et est mise en service début 2022.

Bâtiment de la Chambre d’agriculture de Saône-et-Loire, à Davayé

Un parcours semé d’embûches…

Aux obstacles déjà existants, tels que le manque d’aides financières pour les projets citoyens en région Bourgogne-Franche-Comté ou le faible taux d’ensoleillement, sont venues s’ajouter de nouvelles contraintes sur l’élaboration du projet de deuxième lot, spécifiques au territoire.

Depuis 2019, l’Architecte des bâtiments de France exige une couleur spécifique (rouge brun) sur les panneaux photovoltaïques dans les zones de patrimoine protégé, ce qui représente un surcoût d’investissement. CVSSB évite ces secteurs, et voit donc son potentiel d’action réduit.

Les deux plus grosses communes du territoire, Mâcon et Charnay-lès-Mâcon, imposent par leur Plan local d’urbanisme des panneaux photovoltaïques intégrés dans la toiture plutôt que surimposés, ce qui présente des inconvénients : un coût d’installation plus élevé, une ventilation des panneaux plus délicate et des problématiques liées à l’étanchéité du toit plus fréquentes.

Les ateliers municipaux à Verzé

Une autre difficulté se situe au niveau du raccordement des installations au réseau d’électricité : pour de petites installations, la tarification d’Enedis est forfaitaire, mais au-delà de 9 kWc, elle est proportionnelle aux caractéristiques du raccordement et souvent bien plus élevée (si par exemple, la puissance de l’installation nécessite de se raccorder à un poste plus éloigné). De plus, il n’y a pas moyen de savoir en amont combien le raccordement va coûter, avant d’en déposer la demande.

Enfin, avec le plan de relance économique national de 2020-2022 faisant suite à la crise sanitaire, les collectivités sont encouragées par des subventions à investir dans des travaux de rénovation énergétique incluant la pose de panneaux solaires, et tendent à agir seules de leur côté plutôt qu’avec les structures citoyennes comme les Centrales Villageoises. L’objectif d’installation photovoltaïque est certes atteint, mais il est dommage que les compétences et l’expérience des sociétés citoyennes soient ainsi mises à l’écart.

… mais une motivation et un dynamisme intacts !

Malgré les problématiques rencontrées, les membres de CVSSB et son Conseil de Gestion ne se laissent pas décourager ! Des solutions sont envisagées pour inciter les propriétaires à proposer leur toiture : le versement du loyer en une seule fois à la mise en service, qui peut permettre le financement d’éventuels travaux, ou encore la pose de panneaux photovoltaïques pour l’autoconsommation du propriétaire, à la place du loyer.

L’autoconsommation fait d’ailleurs partie des autres modèles sur lesquels CVSSB se penche et réfléchit pour l’évolution de son action. Elle a proposé à la Communauté de Communes du Clunisois de réaliser une étude pour la pose de panneaux au sol, sur la pelouse d’une piscine fraîchement rénovée, chauffée par géothermie. 200 kWc de panneaux pourraient être installés et alimenter en autoconsommation collective d’autres bâtiments publics dans un rayon de 20 km.

Un projet d’installation sur la toiture d’une stabulation est en pourparlers et un autre en cours de concrétisation, sur un bâtiment public de la commune de Cluny situé le long d’une ancienne voie de chemin de fer transformée en voie verte. Il s’agit d’une bâtisse industrielle où les trains déchargeaient autrefois leur marchandise, rénovée par la ville en un lieu polyvalent ; Le Quai de la gare accueille actuellement un centre de loisirs, une cantine, des salles de réunions et de conférences.

Découvrez d'autres projets

Suivez-nous sur