Parc éolien d’Andilly-les-Marais (PEAM)

Ce premier parc éolien citoyen de Charente-Maritime, initié par la commune d’Andilly-les-Marais est codéveloppé avec la société VALOREM, la CDC Aunis Atlantique, l’association ANE!rs17 et Terra Energies le fonds d’investissement de la région Nouvelle Aquitaine.

Vous aimez ce projet ? Partagez-le !

Parc éolien d’Andilly-les-Marais (PEAM)

Charente-Maritime

Le projet en un clin d'œil

Émergence
Développement
Fonctionnement
Les 3 acteurs locaux, commune, CDC Aunis Atlantique et ANE!rs17 se sont engagés à se retirer du capital de la société de projet, Parc Éolien d’Andilly-les-Marais (PEAM) au profit d’une société citoyenne locale qui sera créée en mai 2022 et abondera en fonds propres 31 % du capital. Celle-ci détiendra en outre une majorité de 60 % à la gouvernance de PEAM.
Puissance 16 800 kW
Production 42 000 MWh
par an
La consommation électrique annuelle de 35 593 personnes (hors chauffage et eau chaude sanitaire)
Budget 25 000 000 €
Investissement Énergie Partagée 0 €
Andilly-les-marais
Charente-Maritime (17)

L'avancée du projet

Émergence
Développement
Fonctionnement

Le type de projet

Message du porteur de projet

Capucine MARZET

D’une démarche initialement communale, le projet éolien d’Andilly les Marais s’est très vite construit autour de plusieurs acteurs attachés à mettre les citoyens au cœur de ce parc éolien, au cœur de leurs actions pour la production d’énergie renouvelable en lien direct avec le territoire. Partager le projet, partager la production de cette énergie renouvelable, c’est partager demain ! Collectivement, avec les citoyens, ce parc voit le jour dans une énergie très positive.

Sylvain Fagot, maire d’Andilly-les-Marais

Vous souhaitez soutenir ce projet ?

Participez localement
et apportez vos compétences
en rejoignant la société du projet.

Détail du projet

Un projet ancré sur son territoire

Chaque projet citoyen est une histoire singulière. À Andilly-les-Marais, commune de 2300 habitants située à 12 km au nord-est de La Rochelle, Georges Vasseur et Guy Martin, cofondateurs du groupe local de sociétaires d’Enercoop, rencontrent en mai 2015 le maire, Sylvain Fagot, pour lui parler de l’offre d’électricité verte de leur coopérative.

À cette occasion, le maire évoque le démarchage de développeurs éoliens que la commune refuse faute d’implication et de retombées pour la commune. Une rapide présentation des projets éoliens citoyens existants en Bretagne notamment va faire son chemin dans l’esprit des élus dont l’adjointe Karine Dupraz, également vice-présidente de la transition énergétique à la communauté de communes d’Aunis Atlantique.

Le projet d’implantation d’un parc éolien citoyen sur la commune d’Andilly les Marais est ensuite initié en 2017 par une consultation de développeurs en demandant l’ouverture du capital de la société de projet.

Ce projet de 3 éoliennes participe à la réalisation de l’ambition TEPOS (Territoire à énergie positive) d’autonomie énergétique à l’horizon 2050 portée sur le territoire de la communauté de communes Aunis Atlantique.

Si ce projet de parc éolien est aujourd’hui porté et soutenu par les collectivités, la commune et la Communauté de Communes, contrairement aux nombreux projets existant par ailleurs sur l’Aunis, c’est qu’il répond au cadre fixé en termes de situation géographique avec le Parc naturel du Marais Poitevin et de modèle de développement et de gouvernance : il s’agit d’un projet citoyen d’énergie renouvelable.

Un parc éolien en co-développement garant d’une forte acceptation

Chacun des 5 actionnaires apporte ses compétences et une répartition du pilotage des phases de développement a été actée.

Plusieurs caractéristiques singularisent ce projet de parc éolien :

  • Une mutualisation des indemnités foncières entre tous les propriétaires et exploitants de la zone d’implantation potentielle permet une meilleure acceptation par ces acteurs en première ligne du parc éolien.
  • Un comité de suivi réunit semestriellement des services de l’État, du Département, la chambre d’agriculture, le parc naturel régional du Marais Poitevin, des agriculteurs, habitants, un collectif d’opposants. Ouvert au public, il permet d’assurer une transparence sur le projet et apporte des points de vue dont s’empare le comité de pilotage de PEAM. Il a vocation à évoluer dans sa composition et existera durant toute la vie du parc éolien.
  • Des ateliers d’habitants ont permis d’échanger avec les habitants, malgré une période de crise sanitaire qui a perturbé leur tenue. Ces ateliers se poursuivent pour décider ensemble de l’implantation de haies facilitant l’intégration paysagère.
  • Le projet de PEAM a obtenu tous les avis favorables du commissaire enquêteur, de la CDNPS (Commission départementale de la nature des sites et du patrimoine), du Conseil Départemental de Charente-Maritime pourtant engagé dans un soutien aux opposants des projets de parcs éoliens, et d’une majorité des communes concernées par le projet. Sa présentation en 2020, notamment par les élus, dans un pôle énergies renouvelables a même interloqué et séduit le Préfet.
  • Du fait de la transparence et des échanges continus sur le projet, l’instruction du dossier a bénéficié d’une accélération par rapport aux projets habituels. L’autorisation environnementale ne fait pas l’objet de recours et il est probable que les éoliennes produiront leurs premiers kWh seulement 6 ans après le début des études.

Les 5 structures associées au projet

A Nous l’Energie! renouvelable et solidaire 17(ANE!rs17)

A Nous l’Energie! renouvelable et solidaire 17(ANE!rs17) est un acteur clé de l’équipe projet puisqu’il est à l’origine de la démarche citoyenne du projet. En effet, dès 2015, l’association rencontre le maire de la commune et la première adjointe pour les informer et les sensibiliser sur les nouvelles formes de participation des habitants à la transition énergétique. Cette conversation aura une influence déterminante sur le positionnement de la commune lors de la rédaction du cahier des charges pour la sélection du développeur éolien.

ANE!rs17 est une association loi 1901 basée à La Rochelle et ancrée dans le territoire de l’Aunis. Actrice de la transition écologique, elle accompagne les citoyens dans la construction de projets solidaires et participatifs de transition énergétique alliant énergies renouvelables, éthique sociale, lutte contre la précarité énergétique et éducation populaire.

En savoir plus

La commune d’Andilly les Marais

La commune d’Andilly-les-Marais est à l’initiative de la création du parc éolien citoyen et de son équipe projet. En 2017, les élus municipaux voyant des éoliennes se dresser dans le paysage d’Aunis Atlantique identifient que la commune dispose elle aussi d’un potentiel éolien.

Soucieux de participer à la transition énergétique mais pas à n’importe quel prix, le conseil municipal prend une délibération en octobre 2017 afin de consulter des opérateurs en vue de la réalisation d’un nouveau projet éolien.

L’intention du conseil municipal est alors d’organiser une consultation de développeurs éoliens et d’intégrer dans le cahier des charges des critères garantissant à long terme les intérêts et l’implication de la population communale. Le maire, M. Sylvain Fagot, désigne un comité de réflexion composé de trois élus qui rédigent le cahier des charges.

En mars 2018, suite aux auditions, le Conseil municipal délibère et retient 3 principes :

  1. Le projet sera codéveloppé
  2. 5 éoliennes maximum seront installées
  3. La société Valorem réalisera le développement technique du projet

En savoir plus

La Communauté de Communes Aunis Atlantique

Dans l’attente de la structuration d’une société citoyenne, la Communauté de Communes Aunis Atlantique intègre la société de projet pour anticiper et faciliter l’entrée des citoyens dans la société et défend les intérêts du territoire et des habitants à toutes les étapes du projet.

Aunis Atlantique s’engage pour la transition énergétique avec l’ambition de devenir à l’horizon 2050 un Territoire à Energie Positive (TEPOS). C’est-à-dire un territoire qui vise l’objectif de réduire au maximum les consommations par la sobriété et l’efficacité énergétiques et de les couvrir par les énergies renouvelables locales.

En savoir plus

VALOREM

La société VALOREM, développeur éolien ouvert au modèle citoyen (La Limouzinière -44-, La Luzette -46-, Fief Sauvin -49-), apporte l’expertise technique en matière de développement de projet éolien dans sa globalité. C’est donc un membre important au sein de l’équipe projet.

VALOREM est née en 1994 d’une volonté affirmée de valoriser les ressources énergétiques renouvelables de tous les territoires comme alternative durable aux énergies fossiles.

La société VALOREM et ses filiales VALREA, OPTAREL, VALEMO et VALEOL regroupent près de 400 collaborateurs (ingénieurs, techniciens, paysagistes, géographes, acousticiens, environnementalistes, …).

Les compétences du groupe VALOREM s’étendent de la recherche de sites à l’exploitation et la maintenance des parcs en passant parla réalisation d’études, le développement de projets, l’obtention des autorisations administratives, leurs financements, et la maîtrise d’œuvre des chantiers.

En savoir plus

Terra Énergies

Terra Énergies est membre actif du comité de pilotage du projet éolien d’Andilly. Il apporte son expertise et ses ressources en matière de financement de projet, tout en jouant un lien naturel entre les différents partenaires de par sa culture à la fois publique et privée.

Terra Energies est un fonds d’investissement qui bénéficie de l’appui des élus (Région Nouvelle Aquitaine) et de ses partenaires financiers (dont la caisse des dépôts et des consignations) pour soutenir le développement des énergies renouvelables en Nouvelle-Aquitaine et ainsi participer aux objectifs que s’est fixés la Région dans la feuille de route Néo Terra.

En savoir plus

Un coup d’œil dans le rétroviseur

2017 :

  • La commune lance une consultation auprès de plusieurs développeurs qui l’ont démarché depuis plus de 3 ans.

2018 :

  • En avril, la société VALOREM, basée à Bègles, près de Bordeaux, est retenue avec l’engagement d’une ouverture a minima du capital de la société de projet. Les premières études sont alors lancées.
  • L’association À Nous l’Energie! renouvelable et solidaire 17(ANE!rs17) qui a été créée un an plus tôt s’engage aux côtés de la commune pour transformer ce projet en parc éolien citoyen. Un groupe projet avec Fabien Desbordes et Aline Bernardin vient renforcer les 2 pionniers.

2019 :

  • Grâce à l’appui de CIRENA, réseau en Nouvelle Aquitaine des porteurs de projets citoyens d’énergies renouvelables, la région Nouvelle Aquitaine par le biais de son fonds d’investissement Terra Énergies avec Mathieu Goddefroy, son directeur, rejoint le projet.
  • La commune et la Communauté de Communes d’Aunis Atlantique décident également de s’investir dans le projet.
  • L’équipage de co-développement est au complet et élabore les modalités de la collaboration.
  • Une démarche de dialogue avec les habitants débute avec le concours de l’IFREE, une association voisine spécialisée dans l’éducation à l’environnement.
  • Les propriétaires et exploitants concernés par la zone d’implantation potentielle donnent leur accord sur un dispositif de mutualisation des indemnités foncières.
  • Énergie Partagée est contactée et décide d’apporter son concours au moment du montage financier.

2020 :

  • En janvier, un protocole de partenariat est signé qui acte les grandes lignes de ce projet devenu citoyen. Valorem conservera 51 % des parts de la société de projet mais seulement 20 % de sa gouvernance, qui sera répartie entre les 5 acteurs.
  • Un premier atelier d’une cinquantaine d’habitants permet une présentation de l’avancement des études et surtout de la place qui est offerte à une société citoyenne. Il est suivi d’un second en février pour une compréhension du choix du nombre, de la puissance et de l’implantation des éoliennes.
  • Malheureusement, les mesures de restriction de déplacements et de réunions vont ensuite s’enchaîner et totalement perturber la dynamique qui s’était enclenchée. Le 3ème atelier qui devait apporter des réponses à de nombreuses questions sera repoussé plusieurs fois et n’aura lieu qu’en visio-conférence début 2021 !
  • ANE!rs17 se renforce en salariant Sophie Bossy, puis après son départ, Jeanne Morice.
  • Le 18 juin 2020 restera une date marquante dans le cheminement réussi de l’instruction du projet. Le préfet crée le pôle des énergies renouvelables afin d’auditionner avant instruction les dossiers importants de production d’énergie renouvelable. La présentation de ce projet éolien citoyen unique en Charente-Maritime par Jean-Pierre Servant, président de la CDC, et Sylvain Fagot, maire d’Andilly, va étonner et convaincre le préfet. Le vice-président du département ne peut que se rendre à l’évidence qu’il ne pourra pas émettre un avis défavorable.
  • Les élections viennent retarder l’entrée de tous les acteurs dans la société de projet Parc éolien d’Andilly-les-Marais (PEAM) qui est créée par Valorem seul afin de déposer en juillet la demande d’autorisation environnementale.
  • Un collectif d’opposants s’est constitué en association, le CACE (collectif andillais contre les éoliennes).

2021 :

  • Une vingtaine d’habitants arrivent à se réunir en janvier pour définir les premières bases d’une société citoyenne qui aura une visée multi-énergies et sur l’ensemble du territoire d’Aunis Atlantique. Il va ensuite à nouveau être difficile de mobiliser les habitants qui ont peur de se réunir. Le choix est opéré d’une coopérative aunisienne d’énergies citoyennes (CAEC) sans engagement de s’impliquer dans le projet éolien.
  • Baptiste Médina devient le nouveau chef de projet à Valorem et Mathieu Davril vient renforcer l’équipe de Terra Énergies.
  • L’enquête publique se déroule avec un apport massif de messages du CACE qui a largement mobilisé mais sans grande argumentation. Les avis favorables sont rares faute d’avoir pu réaliser la mobilisation citoyenne en 2020. Le commissaire enquêteur délivre un avis favorable.
  • La commission départementale de la nature des sites et des paysages (CDNPS) donne également un avis favorable ce qui constitue une surprise dans la mesure où elle n’a donné que des avis défavorables à tous les projets de parcs éoliens dans le département.
  • Le préfet délivre l’arrêté d’autorisation environnementale en septembre.
  • Un 4ème atelier d’habitants est organisé sur le terrain avec le concours du PNR du Marais Poitevin qui permet à une quinzaine de participants de visualiser les futures éoliennes et de choisir les meilleurs emplacements pour une future plantation de 600 mètres de haies.
  • Le projet éolien est labellisé « citoyen » par Énergie Partagée.
  • La société de projet PEAM est rejointe par les 4 autres acteurs. Nous sommes au complet pour signer au salon des maires à paris le pacte d’actionnaires et le contrat de co-développement.

2022 :

  • Fin janvier, le délai de recours s’achève et l’arrêté devient purgé de tout recours.
  • Les promesses de baux avec les propriétaires et les exploitants vont être transformés en baux ou conventions de servitudes avec mutualisation de 30 % des indemnités.
  • L’aventure va se poursuivre avec la création de la CAEC et la mobilisation de centaines d’habitants du nord du département pour lever dans l’année de l’ordre de 800 000€.
  • Annie Bénéteau, d’Andilly, est venu renforcer l’équipe d’ANE!rs17 et une nouvelle salariée, Capucine Marzet, vient remplacer Jeanne … partie travailler au projet TEPOS de la CDC !

Découvrez d'autres projets

Suivez-nous sur